Arnaud Munster réagit à son élimination de la compétition

Arnaud Munster réagit à son élimination de la compétition
Arnaud Munster réagit à son élimination de la compétition
>>>>
Arnaud Munster réagit à son élimination

Arnaud Munster réagit à son élimination

TÉLÉVISION – Il était le dernier benjamin encore en lice. Après avoir participé au concours Excellent chef sur M6 au sein de la brigade orange, Arnaud Munster a été éliminé dès la huitième semaine de compétition. Une élimination qui l’a conduit jusqu’à la brigade cachée où il a réussi à récupérer sa veste en éliminant Lise.

Pour le huitième épisode de la compétition parallèle, il affrontait Shirley et Bryan, les éliminés de la semaine, dans une épreuve consacrée à la crêpe soufflée au cœur coulant. Le jeune candidat a proposé au chef étoilé Pierre Gagnaire et au critique gastronomique François-Régis Gaudry, une crêpe soufflé au citron avec un centre coulant d’amande et de badiane. Malheureusement pour lui, cette plaque ne lui a pas permis de poursuivre l’aventure. Il a donc été définitivement éliminé ce mercredi 8 mai.

Après son élimination, il a accepté de répondre à quelques questions posées par HuffPost:

HuffPost : Qu’est-ce qui vous a manqué dans ce test de crêpes soufflées pour continuer votre aventure une semaine supplémentaire ?

Arnaud Munster : J’ai déjà fait des crêpes et des soufflés, mais jamais les deux combinés. Ce n’est pas un sujet que je maîtrise. Si sur le test précédent, j’étais à la limite du hors sujet, sur celui-ci, j’ai eu envie de trop respecter la thématique. J’ai peut-être été trop sage et ce n’est certainement pas un thème sur lequel je me sentais à l’aise.

Lors de la précédente épreuve dédiée à la paupiette, vous avez remporté votre première victoire dans la brigade cachée. Qu’avez-vous ressenti à ce moment-là ?

Cela m’a fait beaucoup de bien. Cette victoire signifiait que je n’avais pas volé ma place et que je méritais d’y être. Ce n’était pas pour le prouver aux autres, mais à moi-même. Cela m’a confirmé que mon arrivée dans la compétition n’était pas le fruit du hasard.

Comment avez-vous réagi lorsque vous avez reçu l’appel de Pierre Gagnaire ?

C’est très drôle, car lors de mon élimination, j’ai dit au patron Darroze que je l’avais vue dans la brigade cachée. Bien sûr, elle a ri. J’espérais tellement le retour de l’escouade cachée cette année, mais je n’avais eu aucune nouvelle de candidats déjà éliminés. C’était une belle surprise. Lorsque la production m’a appelé, ils m’ont dit que nous allions discuter du droit à l’image et des publications que je pourrais faire sur Instagram lors de la diffusion de la compétition. Et là, c’est Pierre Gagnaire qui décroche. C’était vraiment quelque chose.

Que vous a-t-il apporté lors de ces deux événements ?

Il m’a dit quelque chose hors écran qui m’a marqué. Il m’a dit qu’aujourd’hui encore, il se considère comme un apprenti. Je lui ai demandé ce qu’il voulait dire par là. En fait, même à son âge, il apprend tous les jours et n’a aucune prétention. Le scénario idéal est de continuer à apprendre tout au long de notre vie et d’atteindre un niveau comme lui.

“Je ne suis pas venu pour gagner”

Retour à la compétition principale. Avant de découvrir les nouvelles mécaniques de brigade, avec quel chef auriez-vous aimé évoluer ?

Avec Philippe Etchebest. Comme nous l’avons vu lors du premier test, je suis très têtu. Quand j’ai quelque chose en tête, il est difficile de me faire changer d’avis même si je suis toujours ouvert aux opinions des autres. Je me suis dit que Philippe Etchebest pourrait me rentrer dedans si j’allais trop loin.

Enfin, j’ai adoré recevoir les conseils de Dominique Crenn. Lors des tests, elle a vraiment pris le temps d’écouter nos idées jusqu’au bout et nous a prévenu sur des détails qui, au final, ont vraiment fait la différence. Et en dehors des épreuves, elle nous a fait un petit débrief. J’ai trouvé cela très constructif. Je pense que c’était une excellente réunion.

Elle t’a prévenu pour ton assiette « Faire pipi dans la neige », ce qui vous vaut votre élimination. As-tu des regrets?

Ce plat était un petit adieu à la concurrence. Il y a un aliment que je déteste vraiment, ce sont les champignons. J’aurais adoré faire le test des fleurs, mais je suis tombée sur l’autre. A ce moment-là, je me suis dit que ça allait être ma dernière épreuve dans la compétition. Je voulais tout essayer une dernière fois. J’avais envie de prendre le plus de risques possible en me disant que si ça se passait bien, j’aurais la première place, sinon c’était fini.

Vous étiez l’un des plus jeunes concurrents cette saison, aviez-vous des appréhensions à ce sujet ?

J’ai l’habitude d’être toujours le plus jeune. Mais là, c’est sûr que ça complique les choses quand on se retrouve face à des gens plus expérimentés et qu’on est seul à défendre sa place. Mais bon, je le savais en passant par le casting. À mon avis, Excellent chef était un défi. J’étais super curieux de voir jusqu’où je pouvais aller. A 20 ans, ce n’est pas non plus quelque chose d’évident et je ne suis pas venu pour gagner. J’étais là pour le côté humain de l’aventure, que ce soit les rencontres avec des chefs extraordinaires et les autres candidats.

Quels sont vos projets futurs maintenant ?

Depuis avril, je signe la carte du restaurant de mes parents, Wine in the City à Jette. Mon père et moi avons travaillé ensemble sur la carte. C’est un beau projet et les clients adorent notre nouveau concept. En juin, je vais aussi faire un pop-up avec Bryan. Toutes les réservations sont déjà pleines.

Voir aussi sur HuffPost :

La lecture de ce contenu peut entraîner le dépôt de cookies par l’opérateur tiers qui l’héberge. Compte tenu des choix que vous avez exprimés concernant le dépôt de cookies, nous avons bloqué l’affichage de ce contenu. Si vous souhaitez y accéder, vous devez accepter la catégorie de cookies « Contenu tiers » en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Lire la vidéo

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 8 secrets du C-16
NEXT A Memphis, Graceland, la maison du roi, échappe de peu aux enchères