une comédie romantique au pays des boys bands

une comédie romantique au pays des boys bands
une comédie romantique au pays des boys bands
>>
Hayes Campbell (Nicholas Galitzine) et Solène Marchand (Anne Hathaway) dans « L’idée d’être avec toi », de Michael Showalter. VIDÉO PRINCIPALE

PRIME VIDÉO – À LA DEMANDE – FILM

Très attendue sur la plateforme Amazon, Prime Video, l’adaptation du roman de Robinne Lee, L’idée d’être avec toi (St. Martin’s Press, 2017), une fan fiction inspirée du chanteur Harry Styles, semblait promettre le retour d’un genre passé de mode : la comédie romantique, perdue quelque part entre la pyrotechnie numérique, le mouvement #metoo et le social. tribunal des médias. Difficile, en 2024, de raconter une histoire d’amour en espérant plaire à tout le monde. Ajoutons à cela que la grande mode pour l’histoire deautonomisationoù une femme s’émancipe loin des hommes, ne permet pas vraiment à la fiction hollywoodienne de se terminer par un baiser ou une bague au doigt.

Le romantisme : cet artefact hollywoodien voué à se réinventer, ou à disparaître. C’est ce qui, à première vue, constitue le charme suranné de L’idée d’être avec toi : adapté d’un best-seller, le film ne s’excuse jamais de distribuer ses tonnes de sucre à un public dans le besoin… tout en promettant une refonte « éveillée » de sa romance. Solène Marchand (Anne Hathaway), 40 ans, est une mère divorcée et directrice d’une galerie d’art à Los Angeles.

Suite à un empêchement de son ex-mari, elle est obligée de conduire sa fille de 15 ans au festival de Coachella, où doit se produire August Moon, un célèbre boys band pour jeunes filles que l’adolescente n’écoute même plus. Perdue au milieu de la zone VIP, Solène finit par se retrouver face à Hayes Campbell (Nicholas Galitzine), 24 ans, le très sexy chanteur du groupe. C’est le coup de foudre, et les amoureux vont devoir affronter une montagne d’obstacles : l’écart d’âge, la célébrité, les réseaux sociaux et les torrents d’insultes.

Décors et corps sans épaisseur

L’histoire ancestrale du Prince Charmant est passée au moulin du féminisme, puisque ce n’est plus l’homme qui s’implique avec une personne plus jeune que lui, mais plutôt une femme. Un revirement fort, a priori, pour une industrie qui n’a pas vraiment évolué sur la question du double standard du vieillissement, mais qui est ici traitée du bout des doigts : le film tente de faire apparaître la pimpante Anne Hathaway, 41 ans, pour le cougar qu’elle ne l’est pas – l’actrice ne semble pas avoir vieilli d’un jour depuis son rôle dans Le diable s’habille en Prada (2006).
Faisant fi de ce qu’on va dire, Solène se laisse enivrer par sa nouvelle vie et suit son homme en tournée à travers l’Europe : jet privé, grands restaurants, hôtels de luxe, l’amour se réduit à un pur territoire touristique.

Tout comme les décors, les corps sont quant à eux sans épaisseur. Le sexe est filmé à travers un mélange d’ombres et de pudeur, et aucune différence n’est visible entre les corps des deux acteurs : tous deux sont élancés, jeunes, sans défauts. Difficile également d’y voir une révolution dans les représentations sous cette épaisse glaçure acide qui fait que le film ressemble tantôt à un clip, tantôt à une publicité pour la Saint-Valentin.

L’idée d’être avec toi abandonne rapidement la question de l’âgisme pour renouer avec son modèle canonique, le magnifique Coup de foudre à Notting Hill (Roger Michell, 1999). Mais ce qui sépare les deux films, c’est que l’un montre un monde strictement adulte, tandis que L’idée d’être avec toià la suite de la saga de Cinquante nuances de gris, entraîne la « rom-com » vers une régression infantile destinée à un public féminin qu’on imagine en quête de sensations fortes. Après Madame Bovary qui joue avec un fouet et des menottes, voici Bovary au pays des boys bands.

Film de Michael Showalter. Avec Anne Hathaway, Nicholas Galitzine, Ella Rubin (UE, 2024, 117 min). Disponible sur demande sur Prime Video.

Murielle Joudet

Réutiliser ce contenu
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un médecin donne la méthode ultime pour réussir à dormir – La Nouvelle Tribune
NEXT tout le monde trouvait la viande bonne mais pourtant… – .