« Quatre événements majeurs avec les plus gros chiffres »

« Quatre événements majeurs avec les plus gros chiffres »
« Quatre événements majeurs avec les plus gros chiffres »

Ce mardi 7 mai au soir, dans le cadre de la « Feria off », Olivier Margé, le directeur des arènes, a dévoilé les cartels pour la Feria 2024, qui se déroulera du 15 au 18 août. de quatre corridas, dont une à cheval, une piquet novillada et deux non-piqué. On retrouvera Castella, Roca Rey, Talavante, Luque, Pablo Hermoso de Mendoza et Lea Vicens. Les Miuras seront absents.

Quelles ont été les grandes lignes de la conception de la Feria ?

Avec Simon Casas et Sébastien Castella, notre objectif principal était de faire de chaque corrida un événement majeur. Nous aurons donc des têtes d’affiche prestigieuses puisque quatre des cinq plus grandes figures seront présentes avec Castella, Roca Rey, Talavante et Luque. Nous voulions aussi que le mérite prime pour les bovins et les toreros car il faut conquérir une place dans une arène de la catégorie Béziers. Ainsi, nous avons renouvelé les trois élevages qui ont proposé trois des plus belles corridas de la saison française 2023 avec Jandilla, Santiago Domecq et Margé. De même, les toreros qui ont ouvert la grande porte seront présents avec Castella, Parejo, Juan Leal et Olsina. Enfin, nous voulions une Feria avec des toreros émergents et actuels qui postulent aux meilleurs cartels des grandes ferias comme Borja Jimenez et Clemente.

Pourquoi avoir programmé une corrida à cheval au lieu des Miuras qui font partie de l’histoire de Béziers ?

Le mérite était un de nos critères et les Miuras ont déçu à Béziers l’année dernière et la fréquentation n’était pas à la hauteur. Avec le départ à la retraite de la légende rejon Pablo Hermoso de Mendoza, c’est l’année idéale pour tester une nouvelle formule afin d’attirer un nouveau public. Le mano a mano entre Mendoza et Lea Vicens, deux stars du rejon, est un pari avec l’ambition de réaliser un meilleur engagement et j’ai voulu organiser les adieux à Béziers du plus grand cavalier de l’histoire. Le public fidèle à la Miura s’est réduit au fil du temps et cette corrida n’est plus économiquement viable.

“La porte reste ouverte pour Miuras dans le futur”

Ce choix est-il la fin définitive de cette corrida emblématique en France ?

Nous avons voulu réaliser cet essai mais il y a une amitié vieille de 40 ans entre Miura et la famille Margé et ces toros ont marqué l’histoire de Béziers. En 2022, ils ont été très bons et ils ont réalisé une belle performance à Séville cette année. La porte reste ouverte pour l’avenir mais nous avons souhaité marquer le coup et explorer de nouveaux cartels en 2024.

Vous répéterez la même corrida qu’en 2023 pour l’ouverture de la Feria…

Avec l’alternative de Christian Parejo avec Sébastien Castella et Roca Rey, on espérait les premiers « no hay billetes » à Béziers depuis plus de dix ans. Le retrait du Péruvien sur blessure ne l’a pas permis. Nous refaisons donc le même pari en 2024. C’est un cartel de rêve avec Sébastien qui est l’une des grandes stars mondiales de la tauromachie depuis deux décennies et le seul à avoir ouvert les grandes portes des trois arènes principales depuis un an. avec Madrid, Séville et le Mexique. Il est plus performant que jamais et Roca Rey voudra défendre son statut de numéro un indiscutable sur les terres de Castella. C’est un cartel où il y aura une forte concurrence entre les deux et Christian Parejo voudra montrer ses qualités et son ambition face à ces deux stars. Après son triomphe à Béziers l’an dernier, il réalise un excellent début de saison et se qualifie pour les demi-finales de la Copa Chenel.

Quel cartel est prévu pour la deuxième corrida ?

On retrouvera le Santiago Domecq qui a organisé une grande corrida à Béziers en 2023 avec un toro gracié. Ils viennent de sortir le meilleur lot de la Feria de Séville. Cet élevage est actuellement en bonne forme avec une qualité et une régularité exceptionnelles et ce sont des taureaux exigeants. Les trois toreros du cartel sont également dans le meilleur moment de leur carrière avec Alejandro Talavante, qui a retrouvé toute sa pureté et ses inspirations, et Daniel Luque qui est le triomphant de la saison 2023 en France et en Espagne. Enfin, Borja Jimenez aura l’occasion de justifier son nouveau statut après ses récents triomphes à Madrid et Séville qui font de lui la grande nouveauté de la saison. Dans ces deux premières corridas, nous retrouverons cinq toreros qui souhaitent monter sur le trône du torero.

« La France ne manque pas de toreros talentueux »

Après la corrida à cheval du samedi, vous poursuivrez une corrida 100% française pour la clôture…

Nous allons maintenir la tradition établie par mon père depuis plus de dix ans d’organiser un cartel français contre les Margé. Nous espérons que nos taureaux reproduiront une performance aussi exceptionnelle qu’en 2023 où un taureau a été gracié. Les aficionados apprécient la mise en lumière de nos toreros et nous avons tous vu que nous ne manquions pas de talent depuis que Juan Leal et Carlos Olsina ont insulté un torero à Béziers. On les retrouvera aux côtés de Clemente qui multiplie les succès avec sa tauromachie pure et se taille une place de choix dans les grandes ferias françaises et bientôt espagnoles.

Combien de novilladas seront organisées ?

Nous garderons l’architecture habituelle avec deux novilladas sans picador et une plongée le 18 août avec des novilleros émergents. Il s’agit d’un investissement important pour l’avenir de la tauromachie. Lalo de Maria fera ses adieux à Béziers quelques semaines avant son alternative aux Vendanges à Nîmes. On retrouvera le Nîmois Niño Julian et son répertoire spectaculaire qui plaira au public et Javier Zulueta que Séville considère comme l’héritier de Morante de la Puebla.

« Le plus grand jeune tendido de France »

Quoi de neuf pour 2024 ?

Nous visons à être presque plein pour le enregistrements Samedi soir. L’année dernière, 6 500 personnes étaient présentes avec des « olas » dans les arènes. Nous allons renforcer ce spectacle avec des forcados que le public réclame depuis la vieille tradition des corridas nocturnes portugaises à Béziers. Deux autres soirées sont également prévues avec différents spectacles équestres les deux premiers jours qui attirent les familles béziersoises comme le prouve le succès du cirque Gruss. En revanche, nous arrêtons la course camarguaise.

Enfin, nous poursuivrons et développerons l’investissement pour le renouvellement de l’aficion, indispensable pour l’avenir de la tauromachie. En 2023, plus de 700 jeunes de 25 ans ont souscrit un abonnement de 50 euros pour assister aux sept spectacles taurins, ce qui est unique en France. Cette année, nous doublerons le nombre de places qui leur sont réservées.

LES CARTELS

jeudi 15 août : Sébastien Castella, Andres Roca Rey et Christian Parejo (toros de Jandilla).

vendredi 16 août : Alejandro Talavante, Daniel Luque et Borja Jimenez (toros de Santiago Domecq).

samedi 17 août : mano a mano Pablo Hermoso de Mendoza et Lea Vicens (toros de Bohorquez).

dimanche 18 août : Juan Leal, Clemente et Carlos Olsina (toros de Margé).

Matin : Lalo de Maria, Niño Julian et Javier Zulueta (novillos de Malaga et Camino de Santiago).

Deux noviladas sans picador vendredi et samedi matin.

Réservations au 04 67 76 13 45 ou sur arenes-beziers.com.

Abonnements jusqu’au 21 juin de 95 à 478 euros. 50 euros pour les moins de 25 ans.

Places simples à partir du 1er juillet de 22 à 108 euros.

Spectacles en soirée : 12 euros.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les bienfaits du massage de la tête
NEXT coup de tonnerre pour l’animateur, la justice a pris une grande décision