Macron assure qu’il n’a pas « défendu un agresseur »

Macron assure qu’il n’a pas « défendu un agresseur »
Descriptive text here

Emmanuel Macron affirme n’avoir « jamais défendu un agresseur »

Publié aujourd’hui à 7h41

Le président français Emmanuel Macron assure, dans un entretien mercredi, qu’il n’y a eu “aucune complaisance” envers l’acteur Gérard Depardieu, affirmant n’avoir “jamais défendu un agresseur face aux victimes”.

Gérard Depardieu sera jugé en octobre à Paris pour agressions sexuelles sur deux femmes lors d’un tournage en 2021. Il est également inculpé depuis 2020 pour viols et agressions sexuelles sur une jeune actrice, Charlotte Arnould. Plusieurs autres plaintes ont été déposées contre l’acteur de 75 ans, qui nie les faits qui lui sont reprochés.

Fin décembre, avant que l’acteur ne soit convoqué devant le tribunal, Emmanuel Macron a défendu Gérard Depardieu, saluant un “acteur immense” qui “fait la fierté de la France”, et dénonçant “une chasse à l’homme”.

“Il n’y a aucune complaisance pour moi”, a assuré le président de la République dans le magazine Elle, où il aborde plusieurs sujets jugés importants pour les femmes. « Juste une volonté de respecter nos principes, comme la présomption d’innocence. Ce sont ces mêmes principes qui permettront à la justice de statuer en octobre prochain et c’est une bonne chose”, a-t-il ajouté.

« Faites confiance aux paroles des femmes »

Le chef de l’Etat a assuré avoir « un profond respect, une bonne volonté et une grande confiance pour et dans la parole des femmes » et s’est dit « intransigeant sur la question du viol, de la domination, de cette culture de la brutalité ». “Ma priorité a toujours été la protection des victimes, et c’est également le cas pour l’affaire Depardieu”, a-t-il poursuivi.

Saluant « le courage » des actrices Judith Godrèche, Juliette Binoche et Isild le Besco, qui ont dénoncé les violences sexuelles dans le milieu du cinéma, Emmanuel Macron souligne que « la mise en lumière de la vérité se fait par la liberté d’expression, par le travail des journalistes, par le travail des journalistes ». des enquêteurs. La justice seule établit alors la culpabilité », a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron a également rappelé son intention de changer la définition du viol en France en intégrant la notion de consentement. Les parlementaires “travaillent sur le sujet avec le ministre de la Justice pour qu’une proposition de texte puisse voir le jour d’ici la fin de l’année”, a-t-il précisé.

Portées par l’onde de choc #MeToo, des voix s’élèvent depuis plusieurs mois pour que la France intègre la notion de consentement dans sa loi, à l’instar d’autres pays européens. Le mouvement #MeToo “m’a rassuré, m’a fait douter, m’a révélé des choses”, a-t-il reconnu.

Bulletin

“Dernières nouvelles”

Voulez-vous rester au courant de l’actualité? La Tribune de Genève vous propose deux rendez-vous par jour, directement dans votre boîte email. Ainsi, vous ne manquez rien de ce qui se passe dans votre canton, en Suisse ou dans le monde.

Ouvrir une session

AFP

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’IA, une bonne méthode pour trier les patients aux urgences ? – .
NEXT Cette crème anti-âge qui booste de 200% la production d’acide hyaluronique est celle à adopter après 50 ans