Passionné par Mad Max depuis l’âge de 13 ans, ce Breton est devenu un grand spécialiste de la saga – édition du soir Ouest-France – .

Documents inédits, photos, rencontres… Le livre du Breton Melvin Zed, intitulé Mad Max, l’ultraviolence au cinéma, a été décerné. Les tomes 2 et 3 sont en préparation tandis que Furiosa, le 5ème film de la saga George Miller, sort le 22 mai.

Il avait 13 ans lorsqu’il a vu son premier Mad Max. “C’était en région parisienne, une soirée dédiée à la trilogie dans mon cinéma local, six heures de films, trois Mad MaxJ’étais fasciné”, se souvient Melvin Zed, 49 ans, désormais basé à Bain-de-Bretagne, en Ille-et-Vilaine.

Pourtant plus proche du cinéma de Stanley Kubrick, il fut impressionné, et cette projection resta gravée dans sa mémoire. Aussi, lorsqu’en 2008, un fanzine lui demande un article sur un film de son choix, il choisit naturellement le premier Mad MaxFilm d’action dystopique australien réalisé par George Miller, sorti en 1979, avec le très jeune Mel Gibson.

« Mad Max, l’ultraviolence au cinéma », de Melvin Zed (Photo : éditions Rififi)

Photos rares et inédites

Melvin Zed commence à écrire, trois pages, puis 50 pages, qui deviennent un livre, trois livres… Le premier tome est sorti il ​​y a deux ans, Mad Max, l’ultraviolence au cinéma, illustré de centaines de photos dont de nombreuses photos rarissimes ou inédites. Le livre a été immédiatement salué, récompensé du Prix de l’Union de la Critique, meilleur album 2022. Le tome deux sortira prochainement, le troisième tome est écrit à 70%.

Le réalisateur Gorge Miller avec le livre du Breton Melvin Zed consacré à la saga « Mad Max ». (Photo : Salle Emma)

En 2013, Melvin, Zed décide de partir en Australie, voir les plateaux de tournage, s’immerger, fouiller dans les archives de Canberra et de Melbourne, rencontrer des témoins qui lui parlent de l’œuvre phare de George Miller… « Depuis, j’y retourne chaque année. » Car dans son livre, Melvin Zed parle aussi de la société australienne, au niveau culturel, politique et historique.

« Mad Max, l’ultraviolence au cinéma » de Melvin Zed (Photo : éditions Rififi)

“Masculinité et culte de la voiture”

La première Mad Max reste son préféré, « C’est le plus australien, qui parle dans les années 1970, de masculinité et de culte de la voiture, dans une société australienne confinée, frappée par la crise. La voiture est un instrument d’émancipation pour sortir de sa ville natale. » Melvin Zed raconte l’incroyable histoire, la jeunesse de ses auteurs jusqu’à l’incroyable sortie du film, jugé trop violent. Mad Maxsorti en France en janvier 1982 dans une version raccourcie de six minutes après trois ans de censure, prend la deuxième place du box-office la semaine de sa sortie avec 496 356 entrées.

00ca5c0faf.jpg
Melvin Zed, lors de la convention du cinéma au cinéma Arvor à Rennes (Photo : Ouest-France)

Melvin Zed a réalisé plus d’une centaine d’entretiens autour des trois films, et de l’univers postapocalyptique du réalisateur, « J’ai eu la chance, lors d’une convention en 2015, de dîner avec George Miller et les acteurs du film. » Melvin Zed a déjà vendu 1 500 exemplaires de son livre, tandis que Furiosa, 5e Le film issu de la saga qui a traversé quatre décennies du cinéma, sortira le 22 mai 2024, dans la foulée de l’avant-première cannoise le 15 mai.

00ba08d412.jpg
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV vers une prise en charge de tous les soins ? – .
NEXT Les Athéniennes, à Genève, « Le Métro de Gaza », au Théâtre de Vidy, à Lausanne : notre agenda culturel