Suspicion d’un cluster spatio-temporel de cancers pédiatriques à Lyon entre 2013 et 2019. Rapport d’enquête – .

Suspicion d’un cluster spatio-temporel de cancers pédiatriques à Lyon entre 2013 et 2019. Rapport d’enquête – .
Suspicion d’un cluster spatio-temporel de cancers pédiatriques à Lyon entre 2013 et 2019. Rapport d’enquête – .

Une suspicion de cas excédentaires de cancers pédiatriques entre 2013 et 2019 chez des enfants résidant à Lyon a été signalée en janvier 2020 à l’Agence régionale de santé (ARA) Auvergne-Rhône-Alpes et à Santé publique France ARA par le Centre Léon Bérard (CLB). Une enquête conjointe avec le CLB a été lancée par Santé publique France ARA sur la base du guide méthodologique de l’agence. Deux études épidémiologiques descriptives, l’une basée sur les données du registre national des cancers de l’enfant (RNCE) et l’autre basée sur les fichiers informatisés des enfants traités à l’Institut d’hématologie et d’oncologie pédiatrique (IHOPe/CLB) de Lyon ont été réalisées. L’objectif principal de ces deux études était de déterminer l’existence éventuelle d’une surincidence de certains cancers pédiatriques dans les 1er et 4e arrondissements de Lyon. Ces deux études épidémiologiques descriptives concluent à une surincidence statistiquement significative des cancers (tous cancers confondus) chez les enfants de 0 à 14 ans résidant dans les 1er et 4e arrondissements de Lyon par rapport au reste de Lyon. et à Caluire-et-Cuire (entre 2010 et 2019 pour l’étude sur les données du RNCE, 2015-2019 pour celle du CLB). Le rapport d’incidence standardisé (SIR) pour tous les sites était de 1,66 (intervalle de confiance [IC] à 95% : 1,05 à 2,49) pour l’étude Santé Publique France selon le RNCE et 1,58 (IC 95% : 1,10 à 2,10) selon l’étude du CLB. Aucune incidence excessive pour un type particulier de cancer pédiatrique n’a été trouvée. Sur la période 2015-2019, on constate également une légère surincidence des cancers pédiatriques à Lyon par rapport à la France (SIR=1,39 ; IC 95 % : 1,20 à 1,59 ; étude CLB). L’analyse des données environnementales existantes sur la zone d’étude n’a pas permis d’identifier des expositions environnementales dans les 1er et 4e arrondissements de Lyon différentes de celles du reste de la métropole lyonnaise, et susceptibles d’être associées à des cancers pédiatriques. Les niveaux de pollution de l’air sont relativement élevés mais pas supérieurs à ceux du reste de la métropole. Par ailleurs, les types de cancer liés à la pollution de l’air (leucémie notamment) n’apparaissent pas en excès dans les 1er et 4e arrondissements. Par la suite, une enquête descriptive a été réalisée auprès de 10 familles ayant sollicité le CLB, afin de rechercher une potentielle exposition environnementale commune aux cas qui n’aurait pas été identifiée jusque-là. Cette enquête a été réalisée au cours du premier trimestre 2022, des oncologues et épidémiologistes du CLB et de l’IHOPe à Lyon. L’étude n’a pas identifié de facteur d’exposition commun aux cas identifiés, ni trouvé de lieu régulièrement fréquenté par plus de quatre enfants sur les neuf interrogés. Les lieux fréquentés par trois ou quatre enfants étaient un groupe scolaire, une piscine municipale et un parc public. Au sein de chacun de ces trois lieux visités, les enfants concernés présentaient des cancers de localisation clinique différente. Au total, malgré la surincidence modérée des cancers pédiatriques toutes localisations confondues, l’absence de surincidence pour un type particulier de cancer, la variété des formes anatomocliniques de cancers pédiatriques survenant dans les tranches d’âge attendues, l’absence d’exposition aux Des facteurs de risque environnementaux avérés ou plausibles communs à l’ensemble ou à la majorité des cas présents dans les 1er et 4e arrondissements de Lyon et pas dans le reste de la métropole, sont autant d’éléments en faveur d’une probable fluctuation aléatoire de la pathologie. Ces éléments plaident donc contre un agrégat spatio-temporel des cancers pédiatriques caractérisés à Lyon sur la période 2010-2019, dans le secteur de la Croix-Rousse. L’enquête a fait l’objet d’un suivi régulier auprès du groupe de parents concernés par cette situation et des professionnels de santé. Une restitution en trois étapes (administrations, soignants, parents) a été réalisée afin de présenter les résultats, recueillir les propositions et questions des parties prenantes et tracer des pistes pour l’avenir. A l’issue de ces restitutions, il a été décidé de réaliser, trois ans après la publication du rapport, une actualisation de l’étude d’incidence des cancers pédiatriques à Lyon.

Auteur : Bénet Thomas, Fervers Béatrice, Praud Delphine, Pépin Philippe, Ndocko Kate-Mary, Saura Christine
Année de publication: 2024
Pages : 63 p.
Collection : Etudes et enquêtes

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV «Je veux tout vous dire mais je ne voudrais pas que mes enfants le sachent» – .
NEXT Qu’est-ce que Ten Ten, le nouveau réseau social qui pourrait poser des problèmes dans les salles de classe