Maddly Bamy baptise le voilier restauré de Jacques Brel qui les a emmenés aux Marquises

Maddly Bamy baptise le voilier restauré de Jacques Brel qui les a emmenés aux Marquises
Maddly Bamy baptise le voilier restauré de Jacques Brel qui les a emmenés aux Marquises

Le dernier compagnon du chanteur-poète de Pays plat sera au port de Zeebrugge en Belgique le samedi 4 mai pour célébrer la renaissance du voilier de 60 pieds, l’Askoy II, qui naviguait vers l’océan Pacifique il y a un demi-siècle.

Elle aura navigué sur deux océans, l’Atlantique puis le Pacifique, aux côtés de Jacques Brel et de sa fille France au début de ce voyage, il y a un demi-siècle, pour finalement atteindre les îles Marquises, immortalisées en chanson. du poète belge. Maddly Bamy, dernière compagne du chantre de Pays platreplonge dans cette odyssée pour le baptême du voilier de 60 pieds, l’Askoy II, aujourd’hui parfaitement restauré.

Samedi 4 mai, Maddly Bamy est attendu au port de Zeebrugge, en Belgique, aux côtés de Piet et Gustaaf Wittevrongel, les deux frères flamands à l’origine de cette relance. « Un rêve extraordinaire qu’ils ont fini par réaliser »» déclare-t-elle avec admiration.

Lire aussiFrance Brel : “Mon père Jacques appartient à l’histoire et il faut donc dire la vérité sur lui”

L’ancienne danseuse et comédienne guadeloupéenne, aujourd’hui installée dans le Morbihan en Bretagne, sera l’invitée d’honneur de la cérémonie. Même si elle assure que les hommages doivent d’abord être destinés au duo Wittevrongel, qui a réussi à restaurer ce morceau du patrimoine marin au terme d’un parcours chaotique de 17 ans, avec quasiment aucune aide publique.
« Quand on pense à l’état de ce bateau lorsqu’ils l’ont trouvé. C’est énorme ce qu’ils ont fait. Il a fallu se battre pour aller au bout. »insiste Maddly Bamy.

Pour Jacques Brel (1929-1978), l’aventure de l’Askoy II commence en 1974, lorsqu’il quitte le port d’Anvers, emmenant avec lui Maddly et sa fille France, qui quitte le navire au bout de six mois, dans l’Ouest français. Indes. La traversée s’avère mouvementée, Brel découvre qu’il est atteint d’un cancer et doit faire plusieurs allers-retours en Europe pour se faire soigner.

L’auteur de Ne me quitte pas n’abandonne pas pour autant et jette finalement l’ancre aux Marquises, en Polynésie, où il passe les dernières années de sa vie avec Maddly Bamy, loin des siens. Aujourd’hui, près de 46 ans après la disparition de Brel (en octobre 1978), Maddly Bamy se fait toujours appeler « connecté à lui 24 heures sur 24, tous les jours ». Elle confie également, “Je m’assois au piano et ça me chante.”

Le voyage aux Marquises avec l’Askoy II, un voilier de 19 mètres, lourd et exigeant, pour lequel elle avait elle-même appris les bases de la navigation, en a été la preuve.« immensité des rêves » du poète belge. « C’est un homme qui ne voulait pas rester en place, il voulait aller ailleurs et voir comment vivent les autres. Il est parti en se disant « je lâche tout, je traverserai le monde s’il le faut » »poursuit Maddly Bamy, aujourd’hui âgée de 80 ans.

La vie du bateau ne s’arrête pas lorsque Brel décide de le vendre en Polynésie, pour se reconvertir en pilote d’avion amateur. Avec au moins trois propriétaires aux commandes, l’Askoy II a ensuite mis le cap sur la Californie et les îles Fidji, avant de s’échouer sur une plage de Nouvelle-Zélande.

C’est là qu’arrivent les frères Wittevrongel, toujours étroitement liés à l’aventure maritime de Brel puisque c’est dans la voilerie familiale, à Blankenberge, que ce dernier venait s’équiper avant de repartir. Lorsque Piet et Gustaaf apprennent dans les années 2000, lors d’une conversation sur Brel, que des traces du bateau avaient été retrouvées aux antipodes, ils décident de le rapatrier sur les côtes belges. Décrit dans les années 1960 par les spécialistes comme l’un des plus beaux yachts du monde, le voilier n’était alors plus qu’une coque vide, rongée par la rouille.
Le 4 mai à Zeebrugge, l’Askoy II ne quittera pas forcément le port pour naviguer, mais Piet Wittevrongel assure qu’en plus de la coque et des boiseries intérieures toutes neuves, les mâts sont désormais relevés pour hisser les voiles, « une rénovation complète ».

« data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” >

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ces deux expositions Voyage à Nantes se font écho sur les quais
NEXT Le grand écrivain américain Paul Auster, auteur de « Moon Palace » et de « Leviathan », est décédé à 77 ans