coup d’envoi de la campagne contre ce vecteur de maladie nuisible

coup d’envoi de la campagne contre ce vecteur de maladie nuisible
Descriptive text here

l’essentiel
Présent en Occitanie depuis 2008, le moustique tigre est certainement l’insecte le plus détesté du pays. Initialement nuisible, elle constitue une priorité pour l’ARS en raison de sa capacité à propager des maladies tropicales.

“Après la pluie vient le beau temps, et avec le beau temps, les moustiques tigres”, a déclaré l’ARS en préambule du lancement de sa campagne contre le moustique tigre et les maladies tropicales. Une campagne qui se déroule du 1er mai au 30 novembre.

Arrivé dans la région en 2008, le moustique tigre est désormais solidement implanté dans les 13 départements d’Occitanie. Pourtant les Hautes-Pyrénées, si l’on exclut l’agglomération tarbais, sont l’un des départements les moins impactés. Et si, comme ses cousins ​​endémiques, il est d’abord un simple ravageur provoquant des démangeaisons et des sifflements désagréables, il est avant tout un vecteur potentiel de maladies. « La lutte contre le moustique tigre est une priorité de santé publique car il peut être porteur de virus responsables de la dengue, du chikungunya ou encore du Zika », indique l’ARS.

Le système mis en place par l’ARS.
ARS

Si la grande majorité de ces maladies sont « importées », par des vacanciers revenant des zones tropicales par exemple, elles peuvent alors se propager en France métropolitaine via le moustique tigre. Ces données sont traitées avec sérieux par l’ARS qui est chargée de lutter contre le moustique.

Le moustique tigre est un vecteur de maladies tropicales.
ARS

Pour ce faire, en cas de découverte d’un cas de maladie tropicale importée, l’ARS met à disposition tout un dispositif de lutte contre l’envahisseur avec « une enquête quasi policière » aux abords du domicile du ou des malades en identifiant le parcours potentiel et personnes en contact afin de mener des campagnes ciblées de lutte contre les moustiques. Il faut savoir que le moustique passe sa vie dans un rayon de 150 m autour de l’endroit où il a éclos.

Les bons réflexes à la maison

Bien qu’il soit très difficile de lutter contre le moustique tigre, comme les moustiques en général, il existe quelques stratégies pour limiter les nuisances. Premièrement, pour tenter de combattre le problème « à la Source », il est très important de prendre soin des points d’eau, où la mère pond ses œufs. Cela va de l’entretien des bassins d’agrément (poissons, pompe à eau, chlore, etc.) au nettoyage des gouttières, arrosoirs et pots de fleurs… bref, tout récipient pouvant contenir de l’eau. Une larve se développe en une semaine, c’est donc quelque chose qui doit être fait régulièrement.

Si le mal est déjà fait et que des moustiques se développent autour de votre maison, il existe quelques techniques pour limiter les nuisances. Les moustiquaires constituent une première barrière. Les anti-moustiques et les gels en sont une seconde. Créer un courant d’air dans la maison peut également aider, ces insectes détestent les courants d’air. Il existe enfin des pièges à moustiques mais l’ARS rappelle que ce sont “des solutions coûteuses et pas vraiment efficaces, c’est un outil supplémentaire mais pas la solution”.

Enfin, en cas de problème avec des symptômes potentiels après une piqûre de moustique, l’ARS rappelle qu’il est indispensable de l’indiquer à son médecin car les maladies tropicales ne sont pas forcément diagnostiquées au premier abord. Cela permettra de mettre en œuvre le programme ARS le plus rapidement possible.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la nuit qui a donné lieu au procès de Dominique Boutonnat, le patron du CNC – Libération – .
NEXT un guide pour mieux les gérer