une étude se concentre sur les motivations pour arrêter de fumer

une étude se concentre sur les motivations pour arrêter de fumer
Descriptive text here

Une étude réalisée en Angleterre s’intéresse à l’évolution des motivations des fumeurs dans leurs tentatives d’arrêt du tabac. Si les motivations liées à la santé restent la principale raison invoquée par les sondés pour arrêter de fumer, la question du est de plus en plus évoquée par les fumeurs et anciens fumeurs. Parallèlement, l’avis d’un professionnel de santé est de moins en moins mentionné par les personnes interrogées.

Les auteurs ont interrogé un échantillon représentatif de 5 777 fumeurs ou anciens fumeurs qui avaient fait une ou plusieurs tentatives sérieuses pour arrêter de fumer, entre 2018 et 2023.[1].

Santé et prix, facteurs déterminants dans la motivation à arrêter de fumer

Les résultats montrent que la question de la santé constitue la principale raison invoquée par les répondants dans leurs tentatives d’arrêter de fumer. Cette raison peut être liée à un problème de santé du répondant, à une inquiétude quant à d’éventuels problèmes de santé futurs, au contexte de la COVID-19, à une grossesse, etc. La question du prix du tabac était la deuxième raison la plus citée par les répondants. répondants dans leurs tentatives d’arrêter de fumer (22,7 %). Près d’un répondant sur cinq a déclaré avoir tenté d’arrêter de fumer en raison de facteurs sociaux (un commentaire fait par un membre de la famille, un ami, des enfants ou une connaissance d’une personne qui arrêtait de fumer). Enfin, les conseils d’un professionnel de santé ont motivé 11,6% des personnes interrogées dans leurs démarches de sevrage.

Les résultats varient selon les individus

Les auteurs de l’étude montrent également que les motivations des fumeurs peuvent varier selon le sexe, l’âge ou la situation sociale des répondants. Ainsi, si l’aspect santé est une constante dans la motivation à arrêter, cette raison est davantage évoquée par les personnes de plus de 35 ans, ou par les personnes sans enfants. Les personnes âgées, les femmes et les catégories sociales défavorisées sont plus susceptibles d’être motivées par des problèmes de santé actuels, alors que le phénomène inverse s’observe pour d’éventuels problèmes de santé futurs. La raison du prix du tabac est plus fréquemment mise en avant par les sondés appartenant aux classes sociales intermédiaires (jusqu’à 25%), ainsi que par les personnes consommant des cigarettes électroniques. L’avis d’un professionnel de santé est plus régulièrement évoqué par les personnes âgées, par les femmes et par les catégories sociales défavorisées.

Des motivations qui évoluent dans le temps et en fonction du contexte

L’étude ayant été réalisée entre 2018 et 2023, les chercheurs ont pu observer l’évolution dans le temps des motivations pour arrêter de fumer, et particulièrement dans le contexte du COVID-19. Ainsi, la proportion de personnes invoquant des raisons de santé a fortement augmenté en 2020 (56,2 % en octobre), avant de diminuer progressivement jusqu’à son niveau initial fin 2021. Pour les chercheurs, cette évolution peut être attribuée au contexte de la COVID-19, qui s’est caractérisée par une plus grande préoccupation de la population à l’égard des questions de santé. La question du prix a connu une forte augmentation sur la période observée, étant évoquée par 19,1% des sondés en 2018, et par 25,4% en 2023. La part des tentatives d’arrêt motivées par des facteurs sociaux ou par l’avis d’un professionnel a diminué significativement entre 2018 et 2023, passant respectivement de 21,6% à 16% et de 14,2% à 8,5%.

Communiquer sur l’épargne, renforcer l’accompagnement des professionnels

Pour les auteurs de cette étude, ces résultats montrent que communiquer sur la dimension financière pourrait inciter encore plus de fumeurs à tenter d’arrêter de fumer. Par ailleurs, la réduction du rôle des professionnels de santé est également à relier à la période COVID-19, qui s’est traduite par une réduction de la qualité des soins (saturation, retard d’accès aux soins, actes réalisés à distance). Les chercheurs évoquent également la possibilité que cette diminution soit due à une diminution des contacts entre les fumeurs et les professionnels de santé, ou au fait que ces derniers ne sont pas motivés ou en mesure d’offrir soutien et conseils aux fumeurs. pour les accompagner dans leur démarche de sevrage. L’étude souligne cependant que l’aide d’un professionnel dans la gestion du sevrage tabagique augmente la probabilité que le fumeur soit orienté vers des traitements dont l’efficacité a été scientifiquement démontrée.

Mots clés : Santé, Prix, Motivation, Sevrage

©Génération sans tabac

FT


[1] Sarah E Jackson, Sharon Cox, Vera Buss, Jamie Brown, Valeris Crean – Tendances des motivations pour essayer d’arrêter de fumer : une étude de population en Angleterre, 2018-2023 : BMJ Public Health 2024 ;2 :e000420.

Comité national contre le tabagisme |

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV hégémonie de Domecq, un débat qui divise les aficionados
NEXT Le Havre. Au Volcan, la chorégraphe Marlene Monteiro Freitas revisite une tragédie grecque