Julien Dufresne-Lamy suit les traces de la star de Blackpink et signe le roman sombre et rose de la K-pop

Julien Dufresne-Lamy suit les traces de la star de Blackpink et signe le roman sombre et rose de la K-pop
Julien Dufresne-Lamy suit les traces de la star de Blackpink et signe le roman sombre et rose de la K-pop
>>
L’écrivain Julien Dufresne-Lamy, à Paris, le 12 avril 2024. LUCIE CIPOLLA POUR M LE MAGAZINE DU MONDE

Leurs noms sont Lisa, Jennie, Jisoo et Rosé. Au début de l’été 2016, les quatre membres du groupe Blackpink, âgés en moyenne de 19 ans, font leur première apparition à la télévision, testent leurs expressions faciales, aegyo, disent-ils en Corée du Sud et supplient le public de les aimer. Leur souhait sera exaucé au-delà de leurs attentes. Le quatuor devient rapidement l’image de hallyu, un terme chinois désignant l’essor mondial de la culture sud-coréenne entre K-pop, K-food, jeux vidéo et séries typiques Jeu de calmar. Blackpink pousse YouTube et Spotify au point de devenir le groupe féminin le plus écouté au monde.

Devenues égéries du luxe, les quatre jeunes filles offrent une image si lisse et formatée qu’il est difficile d’y déceler le grain de la réalité. Dans son livre Montrer (JC Lattès, à paraître le 2 mai), Julien Dufresne-Lamy donne corps à cette épopée contemporaine. Ce « roman vrai » – amené à la fiction à travers des dialogues et des scènes parfois inventées à partir d’une histoire bien réelle – s’appuie sur une enquête de plusieurs années.

L’auteur de 36 ans, qui a notamment publié Deux cigarettes dans le noir (Belfond, 2017), dédié à la chorégraphe Pina Bausch, et De jolis jolis monstres (Belfond, 2019), saga dédiée à la scène drag queen new-yorkaise, tisse un travail autour de la performance, fasciné par « le corps et ses innombrables réinventions, le fait d’offrir sa vie au spectacle », il explique dans un bistro à 10 heurese quartier de Paris. Lorsqu’en 2020, il découvre l’histoire de Lisa, la rappeuse et danseuse la plus célèbre des Blackpink, il voit en elle « une héroïne formidable, résistante et romantique ».

Lis l’histoire: Article réservé à nos abonnés Blackpink, quatre filles dans la tendance du luxe

Ajouter à vos sélections

Julien Dufresne-Lamy commence à apprendre le Hangeul, l’alphabet coréen. Puis, avec l’aide d’un professeur de conversation, il tente de maîtriser cette langue difficile, « révérencieux et prudent », dans lequel ” vouloir ” n’existe pas et où certains verbes se traduisent différemment selon l’âge de l’interlocuteur. Un apprentissage indispensable pour éviter la condescendance occidentale et ses clichés. Et aussi de se mettre dans la peau de son héroïne, Lisa, dont il suit les traces, sans pouvoir la rencontrer, lors d’un séjour de trois mois en Corée du Sud au printemps 2023.

La plus grande star de Corée est thaïlandaise

Ce dernier est né Pranpriya Manobal en Thaïlande, arrivé en Corée à 14 ans sans parler un mot de coréen, premier étranger repéré par le label YG. “Lisa a dû faire face au rejet et au racisme, très répandus en Asie de l’Est vis-à-vis de l’Asie du Sud, terres que certains considèrent comme plus pauvres et moins nobles, dit Julien Dufresne-Lamy. Ses cinq années de formation furent une longue épreuve. Ironiquement, elle est aujourd’hui l’artiste la plus importante de la musique coréenne. Elle est une figure d’ouverture, d’humilité et de persévérance face à tout un système qu’elle a su apprivoiser. »

Il vous reste 48,51% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un festival de double crème
NEXT Le grand écrivain américain Paul Auster, auteur de « Moon Palace » et de « Leviathan », est décédé à 77 ans