La « tique géante » identifiée dans plusieurs départements, les scientifiques craignent une nouvelle maladie

La « tique géante » identifiée dans plusieurs départements, les scientifiques craignent une nouvelle maladie
La « tique géante » identifiée dans plusieurs départements, les scientifiques craignent une nouvelle maladie

En France, une équipe de scientifiques traque les tiques pour évaluer leur propagation. Une espèce géante est suivie de près car elle est porteuse d’une maladie similaire à Ebola.

Peu de gens connaissent son existence, mais cet insecte nuisible est désormais présent en France. La tique « géante » ou « à pattes rayées », de son nom Hyalomma marginatum, fait même l’objet d’études approfondies depuis plusieurs semaines, menées par une équipe de scientifiques, coordonnées par le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), l’Institut national de recherche sur l’agriculture, l’alimentation et le développement. l’environnement (INRAE).

Ces chercheurs s’intéressent beaucoup à toutes les populations de tiques, responsables de maladies pour lesquelles les humains et les animaux sont à risque, dont la maladie de Lyme. Leurs travaux se concentrent désormais sur la nouvelle menace que représente cette fameuse « tique géante ». Les experts ont en effet découvert que l’espèce est potentiellement porteuse d’une maladie qui peut être extrêmement dangereuse, puisqu’elle est dans une certaine mesure comparable à Ebola, qui a un taux de mortalité moyen d’environ 50 %.

© Sipa

Et les scientifiques du Cirad mettent en garde les autorités : ils ont établi la présence du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo chez des tiques géantes collectées dans les Pyrénées orientales il y a quelques mois. Toutefois, les scientifiques n’ont identifié aucune transmission de la maladie de cette tique à l’homme en France. Mais les experts évoquent « un risque pour la santé humaine », la transmission potentielle n’étant pas un scénario exclu.

La tique géante s’est « récemment implantée sur le pourtour méditerranéen français. Cette espèce, installée au sud et à l’est de la région, ne dépasse pas les habitats ouverts et secs et est donc plutôt limitée aux zones sèches et arides. garrigue », écrivent les chercheurs. La propagation du parasite en dehors de l’Occitanie et des départements du sud de la France est pour l’instant peu probable.

La « tique géante » est plus grosse que ses cousines (8 mm), elle possède un éperon et des pattes bicolores sur lesquelles on peut voir des anneaux blanchâtres au niveau des articulations. La « tique géante » est particulièrement tenace, elle est capable de poursuivre sa proie sur plusieurs dizaines de mètres et pendant 10 minutes. De plus, cette espèce serait apparemment plus résistante aux répulsifs.

S’il est présent sur le corps, il doit être retiré avec précaution, mais sans tarder car le risque d’infection est, contrairement à la contraction de Lyme, immédiat. Il est recommandé d’utiliser un dissolvant de tiques, de désinfecter rapidement la zone de piqûre et de garder cette zone sous observation pendant plusieurs semaines.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un militaire atteint de la fièvre de Lassa hospitalisé à Saint-Mandé
NEXT Les artistes vaudois ouvrent leurs ateliers, Neuchâtel fête le cinéma africain : notre agenda culturel