«J’avais cette approche de faire de la musique différente»

«J’avais cette approche de faire de la musique différente»
Descriptive text here

Chanteur, guitariste Joël Danglades est le fondateur du groupe « Zetwall » en 1986. Deux ans plus tard il est à l’origine de « Roskin », un orchestre avec lequel il joue dans les plus grandes salles parisiennes. Guadeloupéen du côté de sa mère et de son père martiniquais, il se revendique caribéen et aimerait proposer une musique qui lui ressemble.

« J’avais cette démarche de vouloir faire une musique différente, ce qui n’est pas évident car aux Antilles on a une idée préconçue de la musique. Ce n’est pas facile de surmonter ces barrières, il y a encore des portes qui poussent”, rattrapé par la réalité du milieu musical dans lequel il évolue, Joël fait du Zouk. Cependant, depuis son enfance, il est influencé par les rythmes de la salsa et de la meringue. Il entend également la béguine et la mazurka, musiques auxquelles il s’identifie.

Pour lui, le bassin caribéen, c’est aussi Cuba, la Jamaïque, la Dominique et même la République Dominicaine. Avec ces influences culturelles Joël se définit comme un musicien caribéen avec pour objectif « Réunir ces différentes cultures dans ma musique ».

L’essor du Zouk aux Antilles a véritablement relégué au second plan des genres musicaux comme la béguine et la mazurka, autrefois chéris par les anciennes générations ou aujourd’hui presque oubliés. Seul le Gwoka résiste en Guadeloupe car il représente un ancrage fort des Guadeloupéens dans leur culture. Pour Joël, la jeunesse a abandonné une partie du patrimoine musical martiniquais : « C’est dommage car le côté chorégraphique de la mazurka est magnifique, tout comme les costumes. Il y avait aussi le cheval de bois qui fonctionnait très bien, nous n’étions pas cantonnés à une seule forme de musique.

Aujourd’hui Joël est devenu son propre producteur, les dissensions internes ont eu raison des groupes qu’il a créés. Il fonctionne comme un véritable indépendant mais il rate la scène. Heureusement son ami Jean-Marc Gisback, ancien membre de Zetwall, a monté son groupe et fait régulièrement appel à lui pour des concerts et des festivals. Nostalgique de l’époque où il jouait au Zénith, au Casino de Paris et à l’Elysée Montmartre, Joël Danglades rayonne lorsqu’il évoque ces instants sur scène.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Museum Keeper » de David Scrima, la concrétisation d’un rêve
NEXT Vous souhaitez être plus efficace au travail ? Prenons l’exemple des musiciens de jazz