Le Brésil menacé par une épidémie de dengue sans précédent

Une nouvelle épidémie de grande ampleur menace-t-elle le Brésil ? A peine remis de l’hécatombe du Covid-19 (qui a fait ici 709 000 victimes), le géant latino-américain est aujourd’hui confronté à la propagation accélérée d’un autre virus dévastateur, cette fois bien connu : la dengue. L’explosion ces dernières semaines du nombre de contaminations est telle que les experts parlent déjà de crise “historique” même « sans précédent ».

Un moustique « Aedes aegypti » trouvé dans une maison lors d’une épidémie de dengue à Brasilia, le 6 février 2024. UESLEI MARCELINO/REUTERS

Depuis début 2024, le ministère de la Santé a dénombré plus de 408 000 cas de cette maladie virale, transmise par les moustiques. Aedes aegyptiqui provoque des douleurs et une fièvre intense, soit 337% de plus que pour la même période en 2023. Déjà, 62 personnes sont officiellement décédées des suites d’une infection liée au virus, mais 279 autres “décès suspects” sont également en cours d’authentification.

Plus de la moitié des villes sont touchées et quatre États ont déclaré l’état d’urgence sanitaire. La situation est particulièrement grave dans le Minas Gerais (sud-est), Acre (Amazonie), Parana (sud) et surtout dans le district fédéral de Brasilia. La capitale affiche un taux d’incidence de 1.700 cas de dengue pour 100.000 habitants, bien au-dessus du seuil d’alerte, établi à 300 cas pour 100.000 habitants.

« Chaleur et humidité »

Aussi inquiétante soit-elle, l’épidémie n’en est qu’à ses balbutiements. Selon le ministère de la Santé, le Brésil pourrait faire face à une vague de 4,2 à 5 millions de cas de dengue en 2024 : du jamais vu, dans un pays longtemps habitué aux maladies tropicales. A titre de comparaison, la pire année en la matière remonte à 2015. 1,6 million de Brésiliens étaient alors infectés par la dengue, soit trois fois moins que les prévisions établies pour 2024.

Un agent pulvérise un insecticide pour tuer les moustiques « Aedes aegypti » afin d’aider à atténuer une épidémie de dengue à Ceilandia, au Brésil, le 7 février 2024. UESLEI MARCELINO/REUTERS

Lire aussi | Au Brésil, des moustiques transgéniques lâchés dans la nature contre la dengue

Ajouter à vos sélections

Depuis plusieurs jours, un petit vent de panique souffle sur le Brésil. Les ventes de spray anti-moustique ont explosé de 400% selon les chiffres du groupe Nutriex, spécialisé dans ce type de produits. A Brasilia, les hôpitaux peinent à faire face à l’afflux de dizaines de milliers de patients fiévreux. Afin de désengorger le secteur, l’armée de l’air a ouvert le 5 février un hôpital de campagne à Ceilandia, une des « villes satellites » de la capitale. En seulement trois jours, il a accueilli plus de 3 500 patients.

Des gens attendent de recevoir des soins médicaux dans une tente de fortune pour traiter des cas suspects de dengue, à Ceilandia, au Brésil, le 5 février 2024. UESLEI MARCELINO/REUTERS
Une femme soupçonnée d'être atteinte de dengue est aidée par des soldats dans une clinique militaire installée pour traiter l'épidémie, à Ceilandia, au Brésil, le 9 février 2024.
Une femme soupçonnée d’être atteinte de dengue est aidée par des soldats dans une clinique militaire installée pour traiter l’épidémie, à Ceilandia, au Brésil, le 9 février 2024. LUIS NOVA/AP

Lire : Ouverture du premier élevage à grande échelle de moustiques OGM anti-dengue au Brésil

Ajouter à vos sélections

“A l’origine de cette épidémie, on retrouve une combinaison de facteurs”détails Edilson Luiz Durigon, virologue à l’Institut Pasteur de Sao Paulo. Le premier d’entre eux est climatique : « Le phénomène El Niño a provoqué une sécheresse et des températures élevées en 2023, suivies de fortes pluies. Chaleur et humidité : c’est le cocktail idéal pour la prolifération des moustiques”insiste le chercheur.

Il vous reste 60% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Décès d’Alain Dorval, voix française de Sylvester Stallone
NEXT Face à des adolescents en perte de repères, des parents désorientés