Santé. Pourquoi l’épidémie de grippe est-elle encore intense cette année ? – .

Santé. Pourquoi l’épidémie de grippe est-elle encore intense cette année ? – .
Santé. Pourquoi l’épidémie de grippe est-elle encore intense cette année ? – .

L’épidémie de grippe s’est étendue à toutes les régions de France, ainsi qu’à la Corse et à une plus large partie de l’Outre-mer. Selon le réseau Sentinelles, le taux d’incidence des infections respiratoires aiguës, dont la grippe, a été estimé à 299 cas pour 100 000 habitants (environ 200 000 nouveaux cas par rapport à la semaine précédente), en forte augmentation par rapport à celui de la semaine précédente.

SOS Médecins a de son côté constaté, dans la semaine du 22 au 28 janvier, que les consultations pour grippe/similaires grippaux étaient en hausse dans toutes les tranches d’âge.

Quant aux passages aux urgences et aux hospitalisations pour grippe/maladie grippale, le réseau OSCOUR constate qu’ils augmentent également de manière comparable entre les tranches d’âge (+ 47 %).

Pourquoi devons-nous protéger les plus vulnérables ?

Pour les personnes vulnérables, la vaccination est le premier geste à poser pour se protéger de la grippe. Même si la vaccination ne prévient pas toujours la grippe, elle réduit le risque de complications ou de décès.

Mais la vaccination est loin d’être un bouclier absolu : le taux d’efficacité du vaccin saisonnier varie de 40 à 60 % selon les tranches d’âge et les souches en circulation. La bonne nouvelle est que la souche grippale de type A/H1N1 qui circule actuellement majoritairement entre dans la composition du vaccin pour cette saison 2023-2024.

En moyenne, en France, 2 000 vies par an sont sauvées chaque année chez les seniors de 65 ans et plus grâce à la vaccination. Pour les populations à risque, dont les seniors, le vaccin est entièrement pris en charge par l’Assurance Maladie.

BPCO : une personne sur deux vaccinée contre la grippe

Les personnes souffrant d’insuffisance respiratoire, en particulier celles atteintes de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), courent un risque important de développer une forme grave d’infection grippale.

Malgré cela, ils sont largement sous-vaccinés. De nombreuses enquêtes internationales ont en effet révélé des taux décevants de vaccination contre la grippe dans les populations à risque, allant de 23 % en général, jusqu’à 70 % au sein de populations très sélectionnées. Une étude a voulu connaître la proportion de patients français atteints de BPCO qui n’étaient pas vaccinés contre la grippe.

Comme l’indique le Dr Maéva Zysman, pneumologue au CHU de Bordeaux, qui a présenté son étude nationale basée sur la base de données de l’Assurance Maladie lors du congrès de pneumologie (CPLF, 26-28 janvier 2024, Lille), « seulement 53,3 % des patients BPCO avoir été vacciné contre la grippe. Les sujets non vaccinés étaient généralement plus jeunes, un peu plus souvent des femmes, rencontraient plus souvent des difficultés d’accès aux soins et présentaient moins de maladies concomitantes à la BPCO (comorbidités comme l’asthme, les maladies cardiovasculaires, etc.). »

Pour le pneumologue, ce taux « reste dramatiquement bas et la vaccination des personnes atteintes de BPCO doit devenir une stratégie prioritaire de santé publique. »

La vaccination ne dispense pas des gestes barrières

Les gestes barrière réduisent le risque d’être contaminé par le virus et limitent sa propagation en période d’épidémie : se laver fréquemment les mains avec du savon liquide pendant 30 secondes, notamment après s’être mouché, avoir éternué, toussé, être allé aux toilettes, avoir utilisé les transports en commun. et bien sûr aller aux toilettes.

En l’absence d’eau et de savon, utilisez une solution hydroalcoolique. Utilisez un mouchoir jetable et si cela n’est pas possible, toussez et éternuez dans votre coude. Évitez de toucher votre visage. Évitez de serrer la main ou de vous embrasser lorsque vous saluez.

Assurez-vous d’aérer régulièrement votre maison pour réduire la concentration de germes, notamment des virus de la grippe.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV une soirée de rap gratuite avec la sélection Buzz Booster
NEXT Après « Star Academy », Pierre Garnier a droit à son propre documentaire sur CSTAR