un résumé de l’action et de la fureur

un résumé de l’action et de la fureur
un résumé de l’action et de la fureur

CRITIQUE – De retour sur la Croisette neuf ans après Mad Max : La route de la fureur, George Miller livre un film puissant, effrayant et jouissif. Anya Taylor Joyce est aussi laconique que flamboyante.

A bientôt 80 ans, George Miller ne baisse pas les bras. Neuf ans après avoir bouleversé la Croisette avec Mad Max : La route de la fureur (2015), l’ancien médecin urgentiste australien devenu cinéaste à succès mondial revient faire des vagues à Cannes avec Furiosa : une saga Mad Max, son nouveau long-métrage en forme de condensé de son, de fureur et d’action rageuse. Présenté aujourd’hui hors compétition au Grand Théâtre Lumière du Palais des Festivals, le film sortira sur les écrans français le 22 mai. Même si l’élément de surprise est derrière nous, Furiosa : une saga Mad Max s’affirme comme un opéra rock post-apocalyptique d’une formidable maîtrise technologique.

Depuis l’irruption rugissante du jeune Mel Gibson dans Mad Max désespéré, le réalisateur a eu quarante-cinq ans pour chercher, extraire et peaufiner le carburant de son univers dystopique, délabré et délabré. Ses westerns rutilants sur roulettes ont fait le reste. Contes moraux violents, fables allégoriques explosives ou précipités de cinéma pur…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous en reste 74% à découvrir.

Voulez-vous en savoir plus?

Débloquez tous les objets immédiatement.

Déjà inscrit? Se connecter

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Peter Jackson explique son retour ! – .
NEXT « Fall Guy », la comédie d’actualité