Le Royaume-Uni est confronté à « des choix difficiles entre impôts et dépenses » – .

Le Royaume-Uni est confronté à « des choix difficiles entre impôts et dépenses » – .
Le Royaume-Uni est confronté à « des choix difficiles entre impôts et dépenses » – .

>> La Banque d’Angleterre maintient son taux d’intérêt directeur inchangé en pleine campagne électorale

>> Le nouveau ministre britannique des Affaires étrangères en Allemagne pour sa première visite

Felixstowe dans le Suffolk est le port à conteneurs le plus fréquenté du Royaume-Uni.
Photo : AFP/VNA/CVN

Selon l’institution basée à Washington, «Le défi majeur à moyen terme d’un point de vue budgétaire sera de mieux prendre en compte les besoins de dépenses publiques tout en stabilisant véritablement la dette.« .

Le FMI a publié lundi 8 juillet les conclusions de sa revue au titre de l’article IV concernant le Royaume-Uni, qui fait le point chaque année sur la situation économique et financière du pays. Le Fonds reconnaît la nécessité d’investissements majeurs, notamment dans le secteur de la santé, dans un contexte de sous-financement chronique et de vieillissement de la population, mais aussi de «des réformes structurelles ambitieuses pour renforcer le potentiel de croissance du pays« Mais il souligne également la nécessité de garder la dette publique sous contrôle, alors que ses prévisions la voient actuellement se rapprocher progressivement de l’équivalent de 100 % du PIB britannique.

Parmi les mesures qui pourraient être envisagées pour répondre à ce double défi, le FMI envisage notamment la possibilité de renforcer les recettes fiscales de l’Etat, citant notamment l’augmentation de la fiscalité carbone, des droits de succession, de l’impôt foncier ou encore en élargissant l’assiette de la TVA.

Vue d’un supermarché anglais à Manchester.
Photo : AFP/VNA/CVN

Plus largement, le Fonds se montre prudent sur la croissance à long terme, la jugeant modérée, en raison d’une faible hausse de la productivité, d’une population vieillissante et d’un niveau élevé d’inactivité. Il souligne toutefois qu’une hausse de l’immigration a jusqu’à présent permis de compenser ces effets négatifs, malgré des effets post-Brexit persistants, qui s’estompent néanmoins progressivement au fil du temps.

Alors que la croissance économique reprend lentement et que l’inflation est de nouveau sur la bonne voie par rapport à l’objectif de la Banque d’Angleterre, les finances publiques sont dans une situation désastreuse.

Le FMI a confirmé ce retour de l’inflation à l’objectif, anticipant une légère remontée à 2,5% en fin d’année, qui ne sera toutefois que temporaire. Après une croissance quasi nulle en 2023, l’économie britannique devrait croître de 0,7% cette année, avant d’accélérer à 1,5% en 2025 et 1,7% en 2026.

APS/VNA/CVN

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le cabinet de Bruno Le Maire dément le départ du ministre vers la Suisse – .
NEXT Aperçu du marché du crédit aux entreprises (juillet 2024) – .