L’unité émirienne IHC retire son offre pour les mines de cuivre zambiennes de Vedanta en raison du prix – .

L’unité émirienne IHC retire son offre pour les mines de cuivre zambiennes de Vedanta en raison du prix – .
L’unité émirienne IHC retire son offre pour les mines de cuivre zambiennes de Vedanta en raison du prix – .

L’International Resources Holding (IRH) des Émirats arabes unis a retiré son offre d’achat d’une participation dans les mines de cuivre zambiennes de Vedanta Resources Ltd, a-t-on annoncé mercredi, après l’échec des négociations en raison de l’échec de l’accord sur la valeur des actifs.

IRH, une branche de l’International Holding Company des Émirats arabes unis (EAU), la société la plus riche des Émirats, avait proposé d’acheter une participation de 51 % dans Konkola Copper Mines (KCM) de Vedanta pour plus d’un milliard de dollars, a rapporté Reuters en avril.

Elle souhaitait acquérir les mines pour consolider sa position dans le secteur du cuivre en Zambie, après avoir acquis une participation de 51 % dans Mopani Copper Mines dans le cadre d’un accord conclu en mars.

Mais IRH a déclaré à Reuters qu’elle « ne cherchait pas actuellement à acquérir une participation majoritaire dans les actifs zambiens ».

« L’IRH a mis fin aux discussions sur la transaction il y a deux mois en raison d’écarts d’évaluation », a-t-il ajouté dans un communiqué envoyé par courrier électronique.

Les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, première puissance pétrolière de la région, cherchent à sécuriser leurs approvisionnements en métaux essentiels en provenance d’Afrique alors qu’ils tentent de contribuer à la transition vers l’énergie verte.

Vedanta détient 80 % de KCM et le gouvernement zambien détient les actions restantes par l’intermédiaire de la société d’État ZCCM-IH.

Chris Griffith, PDG de Vedanta Base Metals, a déclaré à Reuters en juin qu’IRH faisait partie des investisseurs effectuant une vérification diligente sur les actifs zambiens.

IRH a proposé environ 1 milliard de dollars pour une participation de 51 % dans KCM, mais Vedanta n’était disposé à vendre qu’une participation minoritaire d’environ 30 % pour près du double du montant proposé par IRH pour une participation plus importante, a déclaré à Reuters une source proche du dossier. La source a refusé d’être nommée car elle n’était pas autorisée à s’exprimer publiquement sur le sujet.

Vedanta, propriété du milliardaire indien Anil Agarwal, a repris KCM à la fin de l’année dernière après une bataille de cinq ans pour récupérer les mines de cuivre et la fonderie qui ont été saisies par l’administration de l’ancien président zambien Edgar Lungu après avoir accusé l’entreprise de ne pas avoir investi dans l’expansion de la production de cuivre.

Le mineur a tenté de vendre une participation dans les mines de cuivre zambiennes pour lever environ 1,2 milliard de dollars nécessaires pour régler ses dettes, redémarrer ses opérations et investir dans l’avancement du projet Konkola Deep Mining, qui contient l’un des gisements de cuivre les plus riches du monde.

« Vedanta reste déterminé à explorer toutes les options de financement – ​​à la fois par emprunt et par capitaux propres – qui correspondent à ce que nous pensons être dans le meilleur intérêt de KCM », a déclaré un porte-parole par courrier électronique.

Le porte-parole a refusé de commenter « d’éventuelles discussions ou négociations en cours » avec des partenaires potentiels.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une nation de millionnaires en pleine croissance – .
NEXT Fiat celebrates its 125th birthday in style – Aujourd’hui le Maroc – .