rien n’a encore été attribué – .

rien n’a encore été attribué – .
rien n’a encore été attribué – .

Deux concurrents sont en phase finale d’attribution du marché d’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) pour la LGV entre Kénitra et Marrakech. Le bureau d’études espagnol Ineco est en concurrence avec le français Egis Rail pour remporter ce contrat stratégique évalué à 1,4 milliard de dirhams.

« Rien n’a été attribué », nous indique une source bien informée sur le marché de l’assistance à maîtrise d’ouvrage pour les projets d’infrastructures prévus pour le prolongement de la Ligne à Grande Vitesse jusqu’à Marrakech. Alors que certains titres de la presse espagnole suggèrent qu’Ineco a remporté ce contrat stratégique de l’Office national des chemins de fer (ONCF), évalué à 1,4 milliard de dirhams, notre source nous confirme qu’à ce jour, aucune décision n’a été prise. Plus encore, cette source nous apprend que l’offre d’Egis Rail est celle qui a le plus de chances de remporter ce contrat.

Toujours selon la presse espagnole, Ineco aurait proposé 1,309 MMDH pour ce marché, tandis qu’Egis Rail aurait proposé 1,385 MMDH. Le bureau d’études espagnol est donc le moins disant dans cette affaire, mais il faut rappeler que conformément au décret n° 2.22.431 relatif aux marchés publics, l’offre économiquement la plus avantageuse n’est désormais plus celle du moins disant, mais celle du mieux dit. .

Rappelons que l’ONCF avait lancé un appel d’offres pour la fourniture d’une assistance à maîtrise d’ouvrage pour les projets d’infrastructures LGV entre Kénitra et Marrakech. Les projets d’infrastructures de ce marché concernent le tronçon de la ligne à grande vitesse de Kénitra à Marrakech, qui sera exploité à une vitesse de 320 km/h et sur une longueur d’environ 450 km, selon les documents relatifs à ce marché. Les prestations réalisées dans le cadre de ce contrat d’assistance à maîtrise d’ouvrage sont les suivantes :

– Assistance à la gestion et à maîtrise d’ouvrage ;

– Gestion et intégration technique du projet, y compris lors des phases d’études, de travaux et d’essais ;

– Contrôle externe de toutes les études et suivi de la mise en œuvre ;

– Gestion de la préparation du dossier de sécurité et d’homologation de la LGV ;

– Expertises à réaliser avec l’ONCF dans le cadre des études et du suivi de mise en œuvre ;

– Visa pour études d’infrastructures de génie civil.

De plus, le projet est divisé en 4 phases :

– Tranche ferme : « Assistance à maîtrise d’ouvrage et intégration » (750 millions DH pour une durée d’exécution de 48 mois)

– Tranche conditionnelle 1 : « Assistance à la gestion et à l’intégration du projet complémentaire » (420 millions DH pour une durée d’exécution de 36 mois)

– Tranche conditionnelle 2 : « Assistance aux tests et homologation » (100 millions DH pour un délai de réalisation de 30 mois)

– Tranche conditionnelle 3 : « Visa pour études d’infrastructures de Génie Civil » (130 millions DH pour une durée d’exécution de 38 mois).

Cette extension de la LGV jusqu’à Marrakech est prévue pour un budget dépassant les 50 milliards de dirhams. Il bénéficiera à 58% des citoyens, assurera 65% des déplacements à l’échelle nationale et desservira cinq destinations touristiques.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les syndicats appellent à la grève avant le début des Jeux olympiques – .
NEXT BMW va copier Hyundai pour ses voitures de sport électriques – .