« Ce n’est pas le bon moment pour acheter », Roy Masliah

« Ce n’est pas le bon moment pour acheter », Roy Masliah
« Ce n’est pas le bon moment pour acheter », Roy Masliah

Le marché immobilier en France traverse une période de stagnation notable, résultant de plusieurs facteurs clés. J’observe au quotidien les dynamiques et les obstacles rencontrés par les acteurs de ce secteur. Voici une analyse des raisons de cette sclérose et des conseils pour s’y retrouver dans ce secteur complexe.

Des prix élevés malgré un contexte difficile

Tout d’abord, les prix de l’immobilier restent élevés. Les vendeurs continuent d’afficher des prix qui ne reflètent pas la réalité d’un marché en difficulté. Même si les propriétaires sont aujourd’hui plus ouverts à la négociation qu’il y a six mois ou un an, ils maintiennent des attentes élevées et sont réticents à baisser leurs prix de manière significative. Cette situation ralentit naturellement les transactions.

Difficultés de financement pour les acheteurs

En même temps, il y a de moins en moins d’acheteurs. La principale raison est la difficulté d’obtenir du financement. Même si la situation s’est légèrement améliorée au cours des deux ou trois derniers mois, jusqu’à récemment, obtenir un prêt bancaire était presque une mission impossible. Cette incertitude sur les capacités de financement continue de peser lourdement sur le volume des transactions.

Deux marchés distincts

Il convient de distinguer deux segments du marché immobilier actuel.

Le marché premium : Il s’agit de biens d’exception destinés à une clientèle étrangère ou très fortunée. Ce segment se porte relativement bien, avec une demande stable pour les biens de prestige.

Le marché classique : pour les clients normaux avec des marchandises d’une valeur d’environ 500 000 euros. Ce marché est beaucoup plus compliqué. Les transactions y sont nettement moins nombreuses et, même si les prix n’ont pas chuté de manière drastique, ils stagnent à des niveaux encore élevés.

Pourquoi ce n’est pas le moment d’acheter ?

Plusieurs signaux indiquent que ce n’est pas le bon moment pour acheter un bien immobilier en France.

Augmentation des impôts : En 2023, nous avons assisté à une augmentation spectaculaire des impôts fonciers, une tendance qui devrait se poursuivre cette année. Les taxes foncières ont parfois presque doublé, impactant fortement la rentabilité des investissements immobiliers. De plus, les propriétaires louant via Airbnb ou possédant une résidence secondaire voient également leurs impôts augmenter.

Coût de préservation des actifs : Les coûts liés à la conservation des biens immobiliers augmentent. Avec les nouvelles exigences du Diagnostic de Performance Energétique (DPE), de nombreux travaux seront nécessaires pour pouvoir louer des biens immobiliers, augmentant ainsi les dépenses pour les propriétaires.

Retours sur investissement : Contrairement aux années 2000, le rendement des investissements immobiliers est aujourd’hui beaucoup moins attractif. Dans les années 1970, l’achat d’un bien immobilier n’était pas attractif en raison des rendements élevés des investissements bancaires. Aujourd’hui, la situation est similaire, avec une prime de risque insuffisamment rémunérée.

Une attente stratégique

Face à ces constats, il paraît plus sage d’attendre une correction des prix avant d’envisager un achat immobilier. Les signaux actuels montrent une tendance défavorable et il est essentiel que la prime de risque soit correctement rémunérée avant de s’engager dans un achat. En résumé, patience et prudence sont de mise pour qui souhaite investir dans l’immobilier en France aujourd’hui.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site Internet. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait.D’ACCORD

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT BMW va copier Hyundai pour ses voitures de sport électriques – .