Nous attendons une baisse des taux de la Banque nationale suisse

Nous attendons une baisse des taux de la Banque nationale suisse
Nous attendons une baisse des taux de la Banque nationale suisse

Alors que la majorité des banques centrales du monde entier se concentrent sur la lutte contre l’inflation, la BNS est confrontée au défi inverse : des perspectives d’inflation faibles.

L’inflation récente s’est élevée à 1,4 % sur un an, ce qui est supérieur à la récente prévision d’inflation de 1 %. Cela pourrait suggérer de maintenir les taux inchangés lors de la prochaine réunion de la banque centrale. Or, 43 % de l’inflation s’explique par la hausse des prix des loyers, dans un contexte où les propriétaires ne sont autorisés à augmenter significativement les loyers que si les taux hypothécaires augmentent. Étant donné que la courbe des taux d’intérêt est nettement inférieure à celle de l’année dernière, l’inflation due à la hausse des prix des loyers disparaîtra à l’avenir des chiffres annuels de l’indice des prix à la consommation (IPC). Ainsi, en supprimant l’inflation des loyers du récent IPC, l’inflation de 1,4 % est réduite à environ 0,8 %, suggérant un assouplissement de la politique monétaire.

Concernant le franc suisse, la Banque centrale européenne (BCE) souhaite baisser les taux d’intérêt, ce qui réduira l’écart de taux entre la BCE et la BNS. Cela exercera une pression à la hausse sur le franc suisse, ce qui aura un effet désinflationniste. La BNS dispose d’une marge limitée pour réduire les taux d’intérêt, puisque le taux directeur n’est actuellement que de 1,5% et qu’elle hésite à revenir à un environnement de taux d’intérêt négatifs et/ou à augmenter son bilan. Par conséquent, la ligne d’action la plus efficace consiste à prendre l’initiative de réduire les taux d’intérêt et d’assouplir les conditions monétaires, ce qui entraînera probablement une dévaluation du franc suisse.

Enfin, selon des données économiques récentes, l’économie suisse ralentit: les indices PMI manufacturier et des services affichent des chiffres faibles et le PIB, à +0,6%, est en dessous de la croissance tendancielle de 1,5%. La BNS considère également que la politique monétaire actuelle est restrictive, comme le montre le récent discours que Thomas Jordan, président de la BNS, a prononcé en Corée du Sud, dans lequel il a souligné que le R* (le taux d’intérêt réel neutre qui équilibre l’économie en à long terme) est égal à zéro. Ainsi, une baisse des taux d’intérêt soutiendrait l’activité économique, tandis que le risque de surchauffe de l’économie suisse serait punitif.

Dans l’ensemble, la faiblesse de l’inflation (hors loyers), la pression à la hausse sur les monnaies, la faiblesse de l’activité économique et la politique monétaire restrictive conduiront probablement la BNS à réduire ses taux de 25 points de base le 20 juin.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Tesla Model 3, première victime de la hausse des droits de douane sur les voitures électriques en provenance de Chine – .
NEXT Ce que vous devez savoir sur l’acquisition par Carlsberg de Britvic, propriétaire de Teisseire – .