pourquoi le nouvel A321 XLR va bouleverser le monde des vols long-courriers

pourquoi le nouvel A321 XLR va bouleverser le monde des vols long-courriers
pourquoi le nouvel A321 XLR va bouleverser le monde des vols long-courriers

L’Agence européenne de la sécurité aérienne doit donner son feu vert avant la fin de l’été pour la livraison du dernier modèle d’A320, qui a déjà enregistré plus de 500 commandes émanant d’une vingtaine de compagnies.

C’était l’une des sensations du Salon international de l’aéronautique et de l’espace il y a un an. Airbus a ensuite réalisé plusieurs démonstrations pour présenter son nouvel avion monocouloir, l’A321 XLR. C’est déjà dans ce même contexte, lors de la dernière édition du salon pré-Covid, que le constructeur européen avait annoncé le lancement du programme de production de cet avion appelé à bousculer le monde des vols long-courriers. Entre-temps, l’A321 XLR est devenu le plus gros succès commercial d’Airbus avant sa mise en service avec plus de 550 commandes passées par quelque 25 clients.

Lors du congrès de la fédération aéronautique la semaine dernière, le directeur de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), Florian Guillermet, a annoncé que la certification du modèle interviendrait dans les prochaines semaines, « avant l’été », avec quelques mois de retard. La campagne d’essais de l’A321 XLR a répondu aux attentes du régulateur européen et de son homologue américain, la FAA, et devrait donc livrer son tout premier exemplaire à Iberia avant la fin de l’été. Une livraison inaugurale qui pourrait bien marquer le début d’une nouvelle ère dans l’aviation commerciale.

Consommation de carburant réduite de 30%

Bien que cet avion monocouloir appartienne à la famille des avions moyen-courriers, l’A321 XLR affiche en effet des compétences similaires à celles d’un modèle long-courrier. Son autonomie de 8 700 kilomètres lui permet de transporter ses 220 passagers pendant onze heures non-stop grâce à l’intégration d’un réservoir supplémentaire. La compagnie aérienne espagnole souhaite donc l’utiliser pour relier Madrid et Boston ou Washington.

En d’autres termes, l’avion permettra aux compagnies aériennes d’opérer sur de longues routes transcontinentales non ou mal desservies ou qui ne garantissent pas la pleine exploitation de la capacité des gros-porteurs. Surtout, l’A321 XLR présente en même temps l’avantage de consommer 30 % de carburant en moins par siège par rapport à un avion moyen-courrier d’ancienne génération.

Outre ses compétences techniques, le modèle souhaite également se rapprocher des standards long-courrier au sein de sa cabine qui bénéficiera du concept d’aménagement Airspace marqué par un système d’éclairage LED évolutif selon les phases de vol afin de réduire les effets négatifs du jet. décalage. D’une largeur de 18 pouces, ses sièges sont plus spacieux que ceux du Boeing 777 et se transforment en lit en classe affaires.

Bref, de quoi convaincre un large spectre du marché, aussi bien de grandes compagnies comme United Airlines et Air Canada que des compagnies aériennes à bas prix comme Wizz Air. De plus, cet avion « deux en un » d’Airbus arrive dans un contexte idéal puisque l’américain Boeing n’a plus produit de modèle 757 depuis vingt ans et a avorté son projet d’avion dit « mid-market » (MMA) qui devait rivaliser avec le dernier né de la gamme A320.

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV NEO MOTORS ouvre son premier showroom à Rabat et livre ses premières voitures « Made in Morocco »
NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs