1 étudiant français sur 3 paie un abonnement mensuel à ChatGPT et il le fait pour 4 raisons simples

1 étudiant français sur 3 paie un abonnement mensuel à ChatGPT et il le fait pour 4 raisons simples
1 étudiant français sur 3 paie un abonnement mensuel à ChatGPT et il le fait pour 4 raisons simples

Actualités JVTech 1 étudiant français sur 3 paie un abonnement mensuel à ChatGPT et il le fait pour 4 raisons simples

Publié le 27/05/2024 à 22h30

Partager :

Une étude révèle que l’intelligence artificielle générative, notamment ChatGPT, est devenue un outil incontournable pour les étudiants français. Un tiers d’entre eux paient même un abonnement mensuel pour accéder à plus de fonctionnalités.

L’IA : un outil indispensable pour les étudiants

Une étude conjointe du Centre Léonard de Vinci

RM Conseil Paris et Talan révèlent une adoption massive de l’intelligence artificielle (IA) générative par les étudiants français, avec des conséquences potentiellement majeures sur le monde du travail.

Selon cette étude, 99 % des étudiants interrogés utilisent l’IA générative comme ChatGPT, Midjourney ou Gemini. Plus frappant encore, un tiers d’entre eux paient 20 euros par mois pour un abonnement à ChatGPT 4, la version payante du chatbot d’OpenAI.

Cette adoption massive s’explique par les bénéfices concrets que les étudiants perçoivent de ces outils. 83 % d’entre eux déclarent que l’IA leur permet de réduire leurs horaires de travail, tandis que 65 % constatent une augmentation de leur productivité. L’IA est également considérée comme un atout pour résoudre des problèmes complexes et gagner du temps au quotidien.

Des étudiants « accros » à l’IA

L’étude donne ainsi quatre raisons principales qui motivent l’utilisation de ChatGPT chez les étudiants :

  1. Gagnez du temps et de l’efficacité : l’IA automatise les tâches fastidieuses, libérant ainsi du temps pour des activités à plus forte valeur ajoutée.
  2. Qualité du travail améliorée : l’IA fournit des suggestions et des corrections, contribuant ainsi à améliorer la qualité des rendus.
  3. Accès à une expertise accrue : l’IA donne accès à des informations et à des connaissances qui seraient autrement difficiles à obtenir.
  4. Stimuler la créativité : l’IA peut générer de nouvelles idées et de nouveaux concepts, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives créatives.

L’étude révèle une véritable addiction à l’IA chez certains étudiants. 51% d’entre eux admettent qu’ils auraient du mal à se passer de ChatGPT, et autant reconnaissent que l’outil influence leurs choix. Cette dépendance soulève des questions sur la capacité des étudiants à travailler de manière autonome et critique.

L’IA serait un critère de choix pour les futurs employeurs

Les implications de cette adoption massive de l’IA par les étudiants vont bien au-delà du cadre académique. 65% des personnes interrogées considèrent que la présence d’IA générative est un critère déterminant dans le choix de leur futur employeur.

Les entreprises doivent donc prendre conscience de cette réalité et s’adapter en conséquence. L’intégration de l’IA dans les processus de travail devient un enjeu majeur pour attirer et retenir les talents de demain.

L’étude souligne également l’importance de former les étudiants à l’usage responsable et critique de l’IA. Le Centre Leonardo da Vinci a organisé un hackathon de cinq jours sur le thème de l’impact de l’IA générative sur les étudiants. Ce dispositif pédagogique a permis aux participants de mieux comprendre les enjeux de l’IA, tant positifs que négatifs, et de développer un regard critique sur ces outils.

L’adoption massive de l’IA générative par les étudiants français est un phénomène majeur qui aura de profondes répercussions sur le monde du travail et la société dans son ensemble. Les entreprises, les établissements d’enseignement et les pouvoirs publics doivent travailler ensemble pour accompagner cette transition et garantir que l’IA soit utilisée de manière éthique et responsable.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un constructeur italien écope d’une amende de six millions d’euros
NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs