Baisse de taux en perspective – Flash boursier Bonhôte

Baisse de taux en perspective – Flash boursier Bonhôte
Baisse de taux en perspective – Flash boursier Bonhôte

Les données américaines ont fait preuve d’une grande résilience. En Europe, le rebond économique s’accentue.

Les marchés actions ont subi des prises de bénéfices la semaine dernière. Les principaux indices actions reculent légèrement, à l’exception du Nasdaq soutenu par la bonne publication du titre Nvidia.

Sur le marché obligataire, les rendements se sont légèrement resserrés. Ainsi, le taux à 10 ans américain est revenu au niveau de 4,45% et le taux à 10 ans allemand est passé au-dessus du niveau de 2,60%. En effet, les données macroéconomiques américaines ont une nouvelle fois fait preuve d’une grande résilience.

Ainsi, aux Etats-Unis, les nouvelles inscriptions aux allocations chômage se sont établies à 215 000 durant la semaine du 13 mai, en baisse de 8 000 par rapport à la semaine précédente.

En termes d’activité économique, la croissance du secteur privé américain s’est fortement accélérée en mai, comme en témoigne l’indice composite PMI qui a grimpé à 54,4 contre 51,3 pour le mois précédent.

Ces statistiques solides et le discours toujours prudent de certains membres de la Fed ont fait resurgir les inquiétudes quant à une future baisse des taux.

La publication de l’indice de confiance de l’Université du Michigan montrant que les consommateurs s’attendent à une hausse des prix moins rapide qu’ils ne le craignaient a toutefois apaisé les inquiétudes en fin de semaine.

En Europe, le rebond économique s’accentue. L’indice PMI composite HCOB pour l’activité globale de la zone euro est passé de 51,7 en avril à 52,3 en mai, marquant une troisième hausse mensuelle consécutive des niveaux d’activité du secteur privé. Outre la bonne tenue des services, on note une stabilisation des niveaux de production dans le secteur manufacturier, notamment en Allemagne.

Les perspectives d’amélioration de l’activité se renforcent et une croissance annuelle du PIB de l’ordre de 1% semble réalisable en 2024. Toutefois, la poursuite d’une hausse des salaires, même modérée, ne devrait pas influencer la politique monétaire de la BCE. mais pourrait l’inciter à maintenir un statu quo après la baisse des taux en juin.

Dans ce contexte, l’indice S&P 500 termine la semaine à +0,03% tandis que l’indice technologique Nasdaq progresse de +1,41%. L’indice Stoxx 600 Europe affiche une baisse de -0,45%.

Avant les annonces de politique monétaire des banques centrales au cours du mois de juin, la semaine sera marquée par la publication des données de prix, notamment la première estimation de l’inflation allemande pour le mois de mai et de l’inflation PCE américaine en avril.

Les essentiels en bref

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Naf Naf racheté par le groupe turc Migiboy Tekstil, qui conservera 90% des salariés
NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs