Akkan obtient le feu vert

Akkan obtient le feu vert
Akkan obtient le feu vert

Bank Al Maghrib a officiellement accordé à Akkan les premiers agréments de financement collaboratif. Une véritable bouffée d’air frais pour les entrepreneurs à la recherche de nouvelles voies de financement.

Dévoilée en grande pompe en 2021, la réforme du financement participatif arrive à son terme. La Banque centrale a officiellement accordé à Akkan les premières approbations de financement collaboratif. Ce feu vert réglementaire, qui intervient avant sa publication au Bulletin officiel, marque un tournant décisif pour l’écosystème entrepreneurial.

Lire aussi | Bank Al-Maghrib et la Banque Mondiale déploient le « Douar Tour » pour l’inclusion financière en milieu rural

Il s’agit d’une véritable bouffée d’air frais pour les entrepreneurs à la recherche de nouvelles pistes de financement, compte tenu notamment des contraintes inhérentes à ce segment de niche. Adoptée en 2021, la loi 15-18 relative au financement participatif a établi un cadre juridique strict pour les activités de financement collaboratif, autorisant trois formes distinctes : le prêt, le capital et le don. Ces modalités couvrent différents besoins financiers des porteurs de projets, proposant aux contributeurs soit un remboursement avec intérêts, une prise de participation au sein de l’entreprise, voire une contribution sous forme de don.

Ces mesures, essentielles tant pour la protection des investisseurs que pour la transparence des transactions, ont quelque peu ralenti la croissance de ce système de financement. En effet, les plateformes de collecte de fonds en ligne doivent non seulement ouvrir un compte auprès d’une banque nationale, mais aussi définir précisément les droits et obligations financiers des parties. Ils sont également tenus d’établir des conditions claires pour le remboursement des fonds aux contributeurs et de respecter des plafonds définis sur les montants pouvant être collectés par projet et investis par individu.

Akkan, pionnier du financement participatif

C’est dans ce contexte réglementaire strict qu’Akkan aborde une étape cruciale de son développement. La marque de financement participatif se veut avant tout être une plateforme de mise en relation porteurs de projets, investisseurs, donateurs et experts, favorisant ainsi l’émergence d’un écosystème de financement alternatif en dehors des circuits bancaires traditionnels.

Lire aussi | Bank Al-Maghrib et la Banque Mondiale déploient le « Douar Tour » pour l’inclusion financière en milieu rural

À cet égard, Akkan met à disposition des jeunes esprits innovants des outils de gestion pour les programmes d’accompagnement à l’entrepreneuriat. Objectif affiché : faciliter l’accès aux ressources nécessaires pour créer un terrain fertile à l’entrepreneuriat. Le lancement opérationnel d’Akkan coïncide avec sa participation au Gitex Africa à Marrakech, du 29 au 31 mai, où il sera présent. Cette visibilité est l’occasion pour la marque de démontrer son potentiel et d’attirer davantage de personnes vers ce mode de financement innovant.

Le financement participatif pourrait bien marquer le paysage financier marocain en comblant la demande non satisfaite par l’offre bancaire traditionnelle, et, ce faisant, constituer une avancée significative vers une économie plus diversifiée.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un coût de 10 000 milliards de dollars par an pour l’économie mondiale
NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs