le chef de la Fédération défend une « construction rentable » dans un contexte inquiétant

le chef de la Fédération défend une « construction rentable » dans un contexte inquiétant
le chef de la Fédération défend une « construction rentable » dans un contexte inquiétant

Jeudi 23 mai, il a fait le point sur l’activité du secteur avant son assemblée générale au cinéma Le Méliès, à Pau, devant environ 300 adhérents, soit la moitié des effectifs de la fédération. Le constat est des plus inquiétant mais la situation n’est pas gravée dans le marbre, assure le président Labordette.

Il reste combatif face aux mauvais chiffres qui s’enchaînent. La construction a perdu 500 emplois dans le département en 2023. 250 supplémentaires ont disparu en seulement trois mois en 2024. Le nombre de faillites d’entreprises augmente, sans toutefois atteindre un seuil alarmant. 86 entreprises du département sont concernées. Parmi les explications de ces échecs, l’Urssaf qui est revenue frapper aux portes des entreprises, après un retard des prélèvements dû à la crise sanitaire.

Matières premières en baisse

“Les surcoûts, les financements, les accompagnements par la disparition des aides font que le logement est complètement bloqué en France”, résume-t-il. Le chef d’entreprise fait une légère distinction entre les territoires basque et béarnais. Alors que « les nouveaux documents d’urbanisme laissent peu de place à la construction », « le foncier est saturé au Pays Basque. En Béarn, nous sommes coincés avec le financement du logement. »

Jusqu’à présent souvent citées comme un facteur de hausse des prix, les matières premières voient leur coût baisser. « Les fournisseurs n’ont pas suffisamment répercuté la réduction sur les entreprises et le client final », s’agace Sébastien Labourdette. Dernier coup de frein : les critères d’octroi et les taux d’intérêt sont encore assez élevés.

L’espoir dans l’Ouest Béarn

Paradoxalement, « les besoins augmentent en raison d’une démographie positive ». C’est notamment pour cette raison que le dirigeant est « convaincu que derrière les nuages ​​noirs, il y a un soleil éclatant ». Les grands projets qui traînent en longueur, comme l’échangeur et la construction de la prison, pourraient relancer l’activité. D’un point de vue général, les commandes publiques restent à des niveaux insuffisants pour soutenir l’ensemble du secteur.

Le territoire de la Communauté de Communes Lacq-Orthez donne un franc sourire à Sébastien Labourdette : il offre « de formidables opportunités de développement d’entreprises » et de logements pour les salariés qui viendront y travailler.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Marché : en berne après des PMI décevants – 21/06/2024 à 11:25 – .
NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs