délais de réparation, assurances, crédit auto… Les automobilistes tarnais restent dans le flou

délais de réparation, assurances, crédit auto… Les automobilistes tarnais restent dans le flou
délais de réparation, assurances, crédit auto… Les automobilistes tarnais restent dans le flou

l’essentiel
Le rappel par Citroën de 240 000 véhicules en France, suite à un problème d’airbags Takata défectueux, inquiète de nombreux automobilistes tarnais.

“Nous sommes un peu en colère.” Brigitte et son mari, propriétaires d’une Citroën C3, ne savent plus quoi faire. Le 10 mai, ce couple de retraités d’Albi a reçu une lettre recommandée : Citroën les informait d’un problème concernant les airbags de leur véhicule et leur demandait de « cesser immédiatement » de les utiliser jusqu’à leur remplacement.

Après s’être assuré de l’authenticité de la lettre, qui vise les propriétaires de C3 et DS3 fabriquées entre 2009 et 2019, ils ont entamé les démarches nécessaires. Sur le papier, la procédure est simple : les clients doivent s’inscrire sur un site dédié Citroën pour recevoir un code, qui permettra ensuite au concessionnaire local de commander les pièces.

Mais plusieurs clients ont rencontré des difficultés à se connecter ou à s’inscrire. C’est le cas de Brigitte et de son mari mais aussi de Jean-Luc, un habitant de Lagrave, qui a passé plusieurs jours devant son ordinateur et dans une concession avant de mener à bien la démarche.

“Je le leur rappelle tous les jours”

Pour le couple de retraités albigeois, un autre problème s’est posé suite à l’inscription : “Dix jours plus tard, nous n’avons toujours pas reçu le code, qui aurait dû être envoyé sous 72 heures !” Brigitte explique avoir insisté auprès de Citroën France. «Je les rappelle tous les jours.» Un code lui a été envoyé le 14 mai par mail, mais après vérification auprès de la concession Marlaud, à Lescure d’Albigeois, « ce code n’est pas bon… »

En attendant que les réparations soient effectuées, se pose la question des « options de mobilité alternatives » promises aux clients concernés par le constructeur Stellantis dans un communiqué du 17 mai. « On nous dit de ne plus utiliser la voiture mais nous sommes pas proposé de véhicule de remplacement ! Brigitte s’indigne. Car le couple, comme les autres, a besoin de son C3 pour faire ses courses ou se rendre à une consultation médicale. « Que faisons-nous en attendant ? »

Jean-Luc continue d’utiliser sa voiture, faute d’alternatives. Les conducteurs sont toujours couverts par leur assurance sauf si l’accident est causé par des airbags défectueux. L’UFC Que Choisir Tarn indique avoir reçu plusieurs appels de clients insatisfaits et leur conseille au préalable « d’adresser une réclamation écrite à Citroën afin de prendre connaissance du litige ».

La concession Marlaud, qui centralise les demandes de réparation pour le nord du Tarn, est consciente du problème mais fait face à des afflux considérables. « Nous recevons 200 appels par jour », confie un responsable. Environ 400 véhicules seraient concernés par le rappel dans leur secteur. Et seules 16 voitures de prêt, non encore reçues, ont été commandées par le groupe.

La concession explique avoir renforcé ses équipes en atelier et souligne que l’approvisionnement en airbags neufs auprès des fournisseurs, mis à rude épreuve après le lancement de la campagne de rappel, est désormais beaucoup plus fluide.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs