Saint Gobain. Cap vers le nord du Royaume

Saint Gobain. Cap vers le nord du Royaume
Saint Gobain. Cap vers le nord du Royaume

« Après 25 ans de présence au Maroc, Saint-Gobain entame aujourd’hui une nouvelle phase de développement dans le pays, avec une extension de ses activités et une implantation dans de nouvelles zones, notamment dans le Nord », annonce le PDG de Saint-Gobain. au Maroc, Gilles Abensour.

Expansion et développement

Tout a commencé en 1999 avec l’ouverture d’une unité de production d’abrasifs à Meknès. Depuis, « cette unité est devenue la plus grande d’Afrique, produisant plus de 20 millions de disques abrasifs par an », explique G. Abensour. Cette étape a été suivie par l’implantation d’une usine de production de verre automobile à Kénitra en 2012 pour répondre aux besoins de Renault, la production des gammes Weber au Maroc en 2015, la création d’une joint-venture avec le groupe Lafarge Placo en 2016 et la création du « Campus Saint-Gobain » à Aïn Sebaâ en 2020.

“Notre engagement en faveur de nouveaux modes de construction s’est concrétisé avec l’expansion de Weber à Dar Bouazza en 2015, puis à Agadir et Meknès en 2023, et avec l’acquisition de Chryso-Aptex dans la chimie du bâtiment en 2024”, ajoute le PDG de l’entreprise au Maroc. . Il estime qu’aujourd’hui, « le groupe dispose d’un écosystème d’entreprises complet, avec neuf sites industriels dédiés aux méthodes de construction et un showroom du bâtiment pour les métiers du bâtiment ».

Une académie de formation

Pour accompagner cette expansion, G. Abensour note que le groupe a mis en place une académie de formation dédiée aux métiers et aux solutions du bâtiment. L’objectif, selon lui, est de qualifier la main d’œuvre locale et de contribuer à l’évolution de l’écosystème. Avec quatre centres de formation, l’académie a formé 11 000 professionnels depuis sa création. « Depuis deux ans, Saint-Gobain a noué un partenariat avec l’OFPPT pour concevoir un programme de formation qualifiante de courte durée, visant à améliorer les compétences techniques des artisans « carreleurs » et des stagiaires du secteur de la construction secondaire. travail », souligne-t-il.

Ambitions de croissance

En termes de perspectives, G. Abensour se montre optimiste et annonce que le groupe, qui a réalisé 1,8 milliard de dirhams de chiffre d’affaires en 2023, table sur un objectif de 2,5 milliards de dirhams dans la période à venir. Pour y parvenir, de nombreux projets sont en cours. « Nous réfléchissons à des implantations dans le nord du Maroc, notamment à Tanger et Tétouan, et restons ouverts à de nouvelles opportunités d’acquisitions », annonce-t-il. Il ajoute également : « A l’approche d’événements majeurs comme la Coupe du Monde, le secteur de la construction au Maroc devrait connaître une évolution majeure, et nous sommes prêts à saisir les opportunités de croissance qui se présentent sur le marché marocain. « .

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs