Le Fonds est très secret sur ses milliards dans les paradis fiscaux

Le Fonds est très secret sur ses milliards dans les paradis fiscaux
Le Fonds est très secret sur ses milliards dans les paradis fiscaux

Depuis la nomination en février 2020 de Charles Emond, la Caisse de dépôt et placement ne publie plus la liste complète de ses investissements dans les paradis fiscaux et les juridictions à faible fiscalité, dont la valeur a atteint la somme astronomique de 24 milliards de dollars en 2020.

La dernière liste complète de ses investissements de sociétés constituées dans des paradis fiscaux remonte à 2019, sous la direction de l’ancien PDG Michael Sabia. Il y avait une liste détaillée (nom et valeur en dollars) de 382 investissements, dont 52 investissements aux Bermudes, 206 investissements aux îles Caïmans, 12 à Guernesey, 1 à Chypre, 11 aux îles Vierges britanniques, 16 à Jersey, 42 au Luxembourg. . , 2 au Panama, 40 en Suisse.

Sous la haute direction de Charles Emond, cette belle transparence concernant les investissements dans les paradis fiscaux est terminée. À nous de les retrouver parmi les milliers d’entreprises dans lesquelles la Caisse a investi !

La Caisse se contente de publier uniquement la valeur des investissements qu’elle place « sous surveillance » selon le critère que ces investissements paient un taux d’imposition effectif inférieur à 15 %, quel que soit le pays de constitution.

  • Écoutez le segment économique avec Michel Girard via QUB :
INSOUCIANT

Quels résultats cela donne-t-il ? Des investissements de 24 milliards de dollars qu’elle détenait dans les paradis fiscaux en 2020, la Caisse n’a finalement placé « sous surveillance » en 2021 que des investissements d’une valeur totale de 165 millions de dollars, dont 67,5 millions de placements incorporés aux îles Caïmans et 98 millions de dollars. aux Bermudes.

En 2022, la valeur des investissements sous surveillance dans les deux paradis fiscaux a légèrement augmenté pour atteindre 235 millions. Et l’année dernière (2023), la valeur des investissements critiques a grimpé à 945 millions de dollars, dont 486 millions de dollars aux Bermudes et 459 millions de dollars aux îles Caïmans.

AUCUN PROBLÈME AVEC LES PARADIS FISCAUX

Quel est le message de la haute direction de la Caisse avec ce type de résultats de placements sous surveillance ?

Elle veut simplement nous démontrer qu’il n’y a aucun problème avec ses investissements dans les paradis fiscaux. Tous les fonds et entreprises à l’origine des investissements de la Caisse dans les paradis fiscaux paient leur juste part d’impôt.

Fait intéressant à souligner : dans l’analyse 2021 des investissements des entreprises qui, selon les vérifications de la Caisse, ne payaient pas un taux d’imposition effectif d’au moins 15 %, il s’agissait d’investissements incorporés au Canada (d’une valeur de 545 millions de dollars), le Le Royaume-Uni (730 millions de dollars) et les États-Unis (1,56 milliard de dollars) apparaissent nettement plus critiques que ceux des îles Caïmans (à peine 67 millions) et des Bermudes (98 millions).

Je suis sans voix!

Photo d’archives, Chantal Poirier

LA DEMANDE PERTINENTE DU PQ

Lors de la récente comparution de Charles Emond devant la Commission des finances publiques dans le cadre de l’étude des crédits, le troisième groupe d’opposition (le PQ) a demandé à la Caisse de lui fournir les informations suivantes :

« Pour chacune des dix dernières années, au 31 décembre, le nombre et le montant total des investissements directs et indirects du Fonds dans une société ayant un établissement ou une filiale aux Bahamas, aux Bermudes, en Suisse, au Luxembourg, à Jersey, Guernesey, Barbade, Belize, Îles Vierges britanniques, Îles Caïmans, Anguilla, Îles Cook, Chypre, Panama, Liechtenstein, Saint-Kitts-et-Nevis, Îles Turques-et-Caïques ou Trinité-et-Tobago. Fournissez la valeur de ces investissements ventilée par entreprise.

La demande pertinente du PQ a été complètement ignorée alors qu’aucune information n’a été fournie par la Caisse. Niet, tout comme la Caisse le fait depuis que Charles Emond dirige l’institution.

Le Fonds ne publie plus qu’un tout petit tableau dans lequel il rapporte la valeur des investissements sous surveillance par pays de constitution, c’est-à-dire des investissements pour lesquels on ne paie pas un taux d’imposition effectif d’au moins 15% !

Pour rassurer tous ceux qui s’interrogent sur les milliards de dollars d’investissements que la Caisse détient dans les paradis fiscaux, la Caisse précise : « Nous analysons chaque opportunité d’investissement en portant une attention particulière à plusieurs points de référence, tels que précisés dans notre Engagement sur la fiscalité internationale. »

Cela ne me rassure pas de voir Charles Emond refuser de publier la liste exhaustive des investissements de la Caisse dans les paradis fiscaux comme l’a fait Michael Sabia.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 1000 camping-cars haut de gamme sortent chaque année de cette usine bretonne
NEXT Le Mans. Il poignarde son ami pour ne pas avoir pris soin de son ex-petite amie