le nouveau millésime 2024 de la crème des startups françaises, toujours plus rentables

le nouveau millésime 2024 de la crème des startups françaises, toujours plus rentables
le nouveau millésime 2024 de la crème des startups françaises, toujours plus rentables

35 nouvelles startups font leur entrée pour cette édition 2024 du Next40/120. Ce classement lancé en 2019 par le gouvernement et la Mission French Tech vise à labelliser les entreprises technologiques les plus prometteuses. La promotion Next40 2024 accueille sans surprise Mistral AI, la coqueluche française de l’IA qui a levé 500 millions de dollars en 2023, et le parisien Pennylane, spécialiste de la gestion financière devenu licorne au cours de l’année. Mais aussi, et c’est sans doute moins attendu, des entreprises plus anciennes comme le spécialiste de la billetterie en ligne Weezevent. Ce dernier est entré dans le classement grâce aux nouveaux critères mis en place.

Alors que les années précédentes, seuls les montants levés étaient pris en compte, désormais les startups qui sont rentables et affichent un chiffre d’affaires en hausse ont également leur chance. Ces critères ont été revus pour mieux correspondre à l’écosystème, bien plus mature qu’au lancement du label en 2019, et pour donner leur chance aux entreprises capables de s’autofinancer. Parce que le label, en plus d’offrir de la visibilité, donne accès à « un accompagnement dédié auprès des responsables de la mission French Tech, grâce à un réseau de 40 correspondants », rappelle Clara Chappaz, directrice de la mission French Tech. Il comprend notamment une aide au recrutement de talents à l’étranger, à l’internationalisation, à la levée de fonds ; conseils juridiques et fiscaux; accès à un réseau de mise en réseau.

Dans le détail, 60 places au Next40/120 sont donc réservées aux entreprises qui répondent aux critères de croissance : un taux de croissance de 15% en moyenne sur les trois dernières années, un chiffre d’affaires net minimum de 40 millions d’euros. Les 60 autres places restent réservées aux startups ayant levé au moins 40 millions d’euros.

Marina Ferrari, secrétaire d’État au Numérique, note les bons résultats des startups greentech, « qui tirent leur épingle du jeu en devenant le premier secteur d’investissement de la French Tech en 2023, et que l’on retrouve naturellement en force dans cette nouvelle promotion de la French Tech Next40/120 avec 24 lauréats, soit 20% des startups sélectionnées.

Près d’un tiers des entreprises de la liste sont rentables

Grâce à ces nouveaux critères de croissance : le millésime 2024 affiche une bonne rentabilité. 30% des entreprises sont rentables (hors deeptech dont la majorité sont sélectionnées pour leurs levées de fonds), dont 10 entreprises Next40. C’est le cas de Weezevent évoqué plus haut, mais aussi du fournisseur d’énergie verte Ilek ou encore d’Ultra Premium Direct (présent dans la French Tech 120), fabricant d’aliments pour animaux de compagnie. 31 entreprises ont affiché l’an dernier un chiffre d’affaires net supérieur à 100 millions d’euros, contre 19 entreprises au lancement de la promotion 2023.

Au total, cette nouvelle promotion représente 40.000 emplois directs, dont près de 70% en France, et un chiffre d’affaires cumulé de plus de 10 milliards d’euros pour l’année 2023, en hausse de près de 30% par rapport à l’année précédente, tient à préciser le président de la mission French Tech. C’est toutefois moins d’emplois que la promotion 2023, qui pesait 47 800 personnes dans le monde, dont 31 400 en France. Pourtant, malgré un contexte économique difficile, les jeunes pousses du label continuent de créer des emplois : 3 100 en 2023.

Emplois, revenus, domination parisienne… ce qu’il faut retenir de l’édition 2023 du Next40 et du French Tech 120

Un palmarès toujours très parisien et masculin

Au sein du Next40, 11 nouvelles entreprises ont rejoint la liste (soit le même nombre que l’année dernière) dont Mistral AI, Malt, Ekwateur, Weezevent et Qair. Tous sauf un (Ekwateur) sont originaires de la région Ile-de-France.

Malgré les critères d’inclusivité exigés des startups – chacune doit signer un « Pacte paritaire » (qui les engage notamment à revoir leur recrutement, avoir 20 % de femmes au conseil d’administration d’ici… 2028), le Next40 reste majoritairement masculin. Une seule femme dirige l’une des 40 meilleures startups sélectionnées. C’est toujours, comme en 2023, Eleonore Crespo, à la tête de l’éditeur de logiciels Pigment, qui ambitionne de concurrencer Excel. Au cours de l’année, elle devient également la première Française à gérer une licorne.

Le Next120 fait mieux, mais reste très loin de la parité. Seules 18 femmes dirigent ou fondent les entreprises sélectionnées. Il y en avait 15 pour l’édition 2023, et 5 pour celle de 2022. Le problème va cependant bien au-delà de l’étiquette. Dans les startups de la French Tech, moins de 10 % des équipes fondatrices sont 100 % féminines et seulement 18 % des postes de direction sont occupés par des femmes…

Le corps des femmes, première cible des utilisateurs de l’IA générative

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs