le top 20 des communes où les taxes foncières augmenteront le plus en 2024

le top 20 des communes où les taxes foncières augmenteront le plus en 2024
le top 20 des communes où les taxes foncières augmenteront le plus en 2024

Les contribuables savent désormais ce qu’ils vont obtenir en matière d’impôts locaux. Les collectivités avaient jusqu’au 15 avril pour voter et communiquer au fisc les taux de la taxe foncière pour 2024, cet impôt local payé uniquement par les propriétaires.

Selon le cabinet FSL, spécialisé dans l’information financière des collectivités locales, la plupart ont opté pour le statu quo. Seules 6 villes de plus de 100 000 habitants (sur 42, soit 14 %) ont choisi d’augmenter le taux de la taxe foncière. Pour les communes de 40 000 à 100 000 habitants, la proportion est à peine de 9 % (14 sur 154).

Mais ceux qui y ont été contraints, souvent après des années de stabilité, n’ont pas été indulgents avec eux-mêmes. A Nice (Alpes-Maritimes), le taux de la taxe foncière sur les immeubles affiche une hausse de 19,2% en 2024, un record national. Suivi par Saint-Priest (Rhône, + 16,3 %) en banlieue lyonnaise, juste devant Saint-Étienne (Loire, + 15 %), Nancy (Meurthe-et-Moselle, + 14,5 %) et Annecy (Haute-Savoie). , + 14,10 %). Pour les contribuables concernés, cela représente plusieurs dizaines d’euros par an d’augmentation.

Mais que votre commune ait décidé ou non d’augmenter son taux, tous les propriétaires paieront davantage en 2024. Car la taxe foncière est la résultat d’un montant d’assiette locative multiplié par un taux. En revanche, les assiettes des loyers, indexées sur l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), seront majorées de 3,9 %. L’une des cinq augmentations les plus importantes des quarante dernières années, mais presque deux fois moins élevée que le taux historique de 7,1 % enregistré en 2023.

La facture augmentera ainsi d’au moins 3,9% pour les quelque 33 millions de propriétaires soumis à la taxe foncière. Seule une poignée connaîtra une progression plus mesurée de leur fiscalité, grâce à une baisse de taux votée par l’exécutif local, mais insuffisante pour effacer la hausse des bases locatives.

Ainsi, selon le calcul réalisé par le cabinet FSL, le taux de la taxe foncière communale baisse à Brive (Corrèze, -0,4%), Castres (Tarn, -1%), Mantes-la-Jolie (Yvelines, -3, 1%). %), Wattrelos (Nord, -0,4 %) ou encore Brest (Finistère, -1 %). Mais sur ces derniers, la réduction au niveau communal est compensée par une augmentation au niveau métropolitain afin que le taux de taxation reste le même.

Selon les statistiques publiées mi-mai par la DGFiP, la taxe foncière sur les propriétés bâties a rapporté 50,8 milliards d’euros en 2023 (+ 9,7 % sur un an). Une explosion des recettes qui s’explique à 60% par la revalorisation des bases locatives (7,1% sur les locaux d’habitation), à 30% par la hausse des tarifs votés par les collectivités et à 10% par l’augmentation du nombre de locaux. La taxe foncière représentait ainsi en moyenne 1 019 euros pour une maison contre 811 euros pour un appartement en 2023.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 1 Français sur 4 y renoncera
NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs