Le cannabis maintenant dans les rayons des pharmacies

Le cannabis maintenant dans les rayons des pharmacies
Le cannabis maintenant dans les rayons des pharmacies

L’information est désormais certaine : les pharmaciens pourraient proposer à leurs clients des compléments alimentaires et des produits cosmétiques à base de cannabis. Ces produits, actuellement en phase de préparation, seront distribués exclusivement via les pharmacies.

La législation actuelle indique que la commercialisation et la distribution des produits à base de cannabis doivent avoir lieu dans des lieux autorisés, principalement les pharmacies, pour les compléments alimentaires et les cosmétiques.

En effet, Mohammed El Guerrouj, directeur général de l’Agence nationale de régulation des activités liées au cannabis (ANRAC) s’est exprimé lors d’un atelier organisé ce vendredi 17 mai par la Fédération marocaine de l’industrie et de l’innovation pharmaceutique (FMIIP) autour de la filière médicinale et pharmaceutique. vertus du cannabis.

Pour répondre aux inquiétudes des pharmaciens à ce sujet, Mohammed El Guerrouj a rappelé que ces produits, qui sont actuellement en phase de préparation, seront strictement distribués via les pharmacies, soulignant que l’ANRAC est actuellement en concertation avec la Direction du Médicament et la pharmacie ( DMP) pour définir les modalités de cette répartition, conformément à la loi.

Lire aussi : Cannabis au Maroc : Un business agricole légal en devenir

Comme la farine, le chocolat, les friandises et les boissons, El Guerrouj a rappelé à cette occasion que la vente de ces produits en pharmacie pourrait nécessiter du matériel supplémentaire qui entraînerait à son tour des coûts supplémentaires.

C’est pourquoi, soulignant la nécessité d’un marché stable pour les opérateurs souhaitant commercialiser ces produits, il a précisé que l’ANRAC étudie toutes les possibilités, y compris la vente dans des points de vente spécialisés ou dans les supermarchés, précisant également que toute décision sera prise en concertation avec les parties prenantes.

Par ailleurs, Mohamed El Bouhmadi, président de la Fédération marocaine de l’industrie et de l’innovation pharmaceutique (FMIIP), en marge du même atelier, a révélé que « le cannabis médical pourrait générer une rentrée annuelle de 4,2 à 6,3 milliards de dirhams d’ici 2028 ». si le Maroc parvient à atteindre une part de marché européen de 10-15% « .

Les usages du chanvre communément appelé Cannabis se veulent à la fois diversifiés et prometteurs. De l’isolation thermique dans la construction, aux cosmétiques à base d’huile de Cannabidiol (CBD), « le chanvre pourrait devenir un nouveau relais de croissance pour diverses industries », a expliqué le président de la FMIIP avant de conclure «Le cannabis médical apparaît comme un nouvel espoir dans le domaine de la santé, offrant un large éventail de vertus thérapeutiques et apportant une nouvelle dimension à la prise en charge des patients, puisqu’il propose des solutions alternatives et complémentaires aux traitements conventionnels. De la gestion des douleurs chroniques à l’amélioration des symptômes des troubles neurologiques, en passant par l’atténuation des troubles mentaux, le cannabis médical révèle ses multiples bienfaits pour la santé, et se révèle être un allié précieux dans le traitement de diverses affections. « .

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs