menace de grève dans les CPE

menace de grève dans les CPE
menace de grève dans les CPE

Devant l’impasse des négociations sur le renouvellement des conventions collectives expirées le 31 mars 2023, les intervenantes de la petite enfance se sont prononcées en faveur d’un mandat de grève.

La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) soutient que ce premier mandat de « grève progressive », adopté par 85 % des membres des centres de la petite enfance (CPE), sera utilisé lorsque jugé approprié, a-t-elle indiqué dans un communiqué. communiqué de presse mardi.

« Depuis le début de cette ronde de négociations, nous ressentons un manque d’intérêt de la part du gouvernement à discuter en vue du renouvellement des conventions collectives des travailleurs des CPE », a déploré Valérie Grenon, présidente de la FIPEQ-CSQ.

La première offre, déposée le 14 mai par le gouvernement Legault, a été jugée « tardive et insuffisante », et ne répondrait « d’aucune façon aux défis majeurs » auxquels font face les syndicalistes sur le terrain, peut-on lire.

La proposition d’augmenter les salaires de 12,7 % sur cinq ans ne représente pas la solution à la pénurie de main-d’œuvre dans les CPE et ne permet pas de faire face à la pression financière provoquée par le contexte inflationniste, a poursuivi la Fédération.

« Notre objectif est simple : améliorer les conditions du personnel des CPE d’une manière qui reflète leur responsabilité et leur impact dans notre société », a déclaré Mme Grenon.

Début avril, la FIPEQ-CSQ a saisi le Tribunal administratif du travail (TAT) pour mettre fin à des délais jugés « déraisonnables » dans les négociations avec Québec pour le renouvellement des conventions collectives.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ponzi et transactions irrégulières, selon un expert
NEXT « Être un leader de l’éducation numérique en Afrique »