Les grandes marques de luxe résistent au ralentissement de l’industrie

Les grandes marques de luxe résistent au ralentissement de l’industrie
Les grandes marques de luxe résistent au ralentissement de l’industrie
>>
Passants devant une boutique Chanel à Pékin (Chine), le 28 mars 2023. STRINGER / ANADOLU VIA AFP

Chanel est toujours en tête. Le groupe a dévoilé, mardi 21 mai, un chiffre d’affaires mondial de 15,6 milliards d’euros en 2023, «à un niveau record»en hausse de 14,6% par rapport à 2022. Malgré le poids de son activité en Chine – l’Asie lui assure près de 59% de ses ventes mondiales – le fabricant du sac à main Timeless et du parfum N° 5 a réussi à échapper aux difficultés rencontrées par certains de ses acteurs. ses concurrents depuis fin 2023 : ses ventes ont augmenté de 17,7% en Asie-Pacifique.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés L’industrie cosmétique, bonne élève du commerce extérieur, se bat pour ses parts de marché en Chine

Ajouter à vos sélections

Deuxième marque de luxe au monde derrière Louis Vuitton, filiale du français LVMH, Chanel assure qu’en 2024 elle continuera à “Augmentez vos investissements” pour promouvoir sa marque. L’année dernière, le groupe présidé par Leena Nair a investi 2,2 milliards d’euros dans des opérations de publicité et de marketing auprès de ses clients. C’est 20 % de plus qu’en 2022. Dans toutes les grandes capitales, comme dans le quartier de Shibuya à Tokyo, la marque diffuse de spectaculaires films en 3D célébrant ses parfums, ses montres et ses sacs à main. , des gammes de produits très rentables.

Le groupe détenu par la famille Wertheimer, la plus grande fortune de Suisse, n’est pas le seul à continuer de croître. À la surprise générale, Richemont, propriétaire des marques Cartier et Van Cleef & Arpels, a également dévoilé un exercice 2023. ” enregistrer ” Vendredi 17 mai. Propriété du milliardaire sud-africain Johann Rupert, président du conseil d’administration, le groupe suisse a réalisé un chiffre d’affaires de 20,62 milliards d’euros pour son exercice clos fin mars, en hausse de 3%.

« Bulle qui se dégonfle » ?

Mais malgré ces résultats satisfaisants, les dirigeants de l’industrie du luxe ne peuvent plus nier son ralentissement évident. « Les deux moteurs du marché du luxe, les Etats-Unis et la Chine, ne tournent plus à plein régime »observe Joëlle de Montgolfier, vice-présidente responsable du secteur distribution, luxe et produits de grande consommation chez Bain. “Le contexte est plus difficile”, a convenu Philippe Blondiaux, directeur financier de Chanel, dans un communiqué. Les ventes de Chanel n’ont augmenté que de 2,4 % en 2023 outre-Atlantique. Cependant, le marché américain reste le premier débouché des marques de luxe.

En Chine, la succession de confinements imposés par Pékin à la population pour lutter contre la propagation du coronavirus dans le pays, entre 2020 et 2023, reste un problème. «cicatrice brute»a estimé M. Rupert à Genève, lors d’une conférence réservée aux analystes financiers, vendredi 17 mai. A tel point que le retour à la bonne fortune de ce marché, eldorado des marques européennes jusqu’en 2020, sera ” long “prédit le leader. « Les centres commerciaux sont très calmes. La fréquentation ralentit », a également convenu Jonathan Akeroyd, PDG de Burberry, mercredi 15 mai, lors de la publication des résultats annuels de la marque de luxe britannique. Au cours du premier trimestre 2024, les ventes de Burberry ont plongé de 19 % dans le pays.

Il vous reste 35,09% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les voitures électriques perdent du terrain en Europe
NEXT TVA Sports veut acheter les droits de la LNH