Pour les touristes français, New York est devenue une ville hors de prix

Pour les touristes français, New York est devenue une ville hors de prix
Pour les touristes français, New York est devenue une ville hors de prix

En raison d’un écart important de niveau de vie avec les Américains, la facture des vacances des touristes français dans la Grosse Pomme est particulièrement élevée.

C’est l’un des effets du contexte économique différent entre les États-Unis et les Européens. La ville de New York est devenue inabordable pour les touristes français et reflète la différence de niveau de vie entre Américains et Européens. Outre-Atlantique, ce niveau de vie est dopé par la croissance qui a fait décoller les salaires avec une inflation autour de 3,5% sur un an alors qu’elle se rapproche de son objectif de 2% dans la zone euro. À tel point que l’écart entre les niveaux de vie des deux côtés de l’océan Atlantique n’a jamais été aussi important.

Et cet écart de niveau de vie s’illustre de manière concrète lorsque les touristes européens et français mangent dehors à New York. Pour un simple café accompagné d’un pain en chocolat dans une boulangerie non loin de Central Park, il faut compter sur l’équivalent d’une dizaine d’euros. Le midi, un menu avec dessert dans un fast-food peut coûter 32 euros. Enfin, un dîner au restaurant avec des frites en entrée, un steak mais sans boisson dépasse les 50 euros. Au total, le coût de la nourriture pour une journée peut avoisiner les 100 euros à Manhattan.

En 2022, un Américain gagnait en moyenne 2 000 euros de plus par mois qu’un Français

Une famille lilloise rencontrée près de Wall Street raconte avoir dépensé près de 10 000 euros tout compris pour s’offrir des vacances dans la Grosse Pomme. « D’habitude, un paquet de M&M’s coûte 3 à 4 euros mais ici, on le paie entre 6 et 10 dollars hors taxes », note le jeune Sohane. « On a environ 20 % de pourboires, 10 % d’impôts, ce qui fait que sur les montants de base qu’on peut avoir, il faut systématiquement ajouter 30 %, explique son père Adballa. Quand on arrive au restaurant et « on voit un plat à 30 dollars, il faut effectivement rajouter 30% de 30 dollars et on ne le voit pas à ce moment-là ».

« On se doutait que ça coûterait cher, mais quand nous sommes arrivés ici, nous avons réalisé que c’était plus cher que ce que nous pensions », ajoute Lila, sa femme.

Du point de vue des New-Yorkais, ces prix choquent moins ou pas du tout en raison du niveau des salaires : en 2022, en pleine crise inflationniste, un Américain gagnait en moyenne 2 000 euros de plus par mois qu’un Français. .

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Santé. 400 médicaments génériques « problématiques » retirés de la vente dans l’UE ? – .
NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs