Assurance vie, PER ou PEA : choisir le bon investissement

Avec la multitude de produits d’épargne disponibles, la question de la fiscalité devient essentielle pour optimiser les rendements à long terme. Qu’il s’agisse d’assurance vie, de plan d’épargne en actions (PEA) ou de plan d’épargne retraite (PER), chaque option a un impact différent sur la pression fiscale. Comprendre ces disparités est essentiel pour prendre une décision éclairée.

Assurance vie : entre avantages fiscaux et frais de gestion

L’assurance-vie, avec plus de 1 900 milliards d’euros d’investissements, domine le marché français. Cependant, depuis l’instauration de la taxe sur le lin, son attrait fiscal a diminué, avec seulement 12,8 % d’économies possibles, au bout de huit ans et en gérant soigneusement les sorties pour ne pas dépasser la réduction. Cet avantage ne compense pas toujours les frais de gestion, même avec des taux compétitifs de 0,60% par an, il faut atteindre une performance annuelle de 4,40% pour les couvrir.

Son principal avantage reste l’exonération des droits de succession, plafonnée à 152 500 € par bénéficiaire avant le 70ème anniversaire du souscripteur. Pour les épargnants en quête de sécurité du capital, l’assurance vie reste une option privilégiée, même si les pertes sur actions à long terme sont faibles (6% sur 100 ans pour le S&P 500).

+ 4,60% en 2024 et 2025

Le PEA : l’atout des Bourses

Pour les investisseurs souhaitant bénéficier du potentiel de croissance à long terme des actions, le PEA (Plan d’Épargne en Actions) se présente comme un choix idéal. Ce soutien se distingue par une structure fiscale remarquablement avantageuse.

Après une période de conservation de cinq ans, les plus-values ​​réalisées au sein d’un PEA sont exonérées d’impôt sur le revenu, sans limitation de montant. Cet avantage significatif permet aux investisseurs de se concentrer sur la constitution d’un patrimoine à long terme.

De plus, Les PEA donnent accès à une large gamme d’ETF (Exchange Traded Funds) pour diversifier les portefeuilles et atténuer les risques inhérents à la sélection de titres individuels. Les ETF suivent des indices boursiers ou des secteurs spécifiques qui offrent une large exposition au marché tout en minimisant les baisses.

Le PEA se démarque également par ses frais réduits, notamment en raison de l’absence de frais de garde chez certains courtiers en ligne. Cette structure de frais réduits peut avoir un impact positif sur la plus-value nette d’impôt générée au fil du temps, par rapport à l’assurance vie.

Découvrez notre service de coaching boursier

Plan d’épargne retraite (PER) : une option à évaluer avec soin

Introduit récemment, le PER a rapidement gagné en popularité. Ce produit permet de déduire les versements effectués du revenu imposable, reportant ainsi la charge fiscale à la phase de retraite.

Le PER est particulièrement intéressant pour les investisseurs dont le taux marginal d’imposition est susceptible d’être plus faible au moment de la liquidation de leurs droits que pendant l’activité. C’est généralement le cas des personnes en seconde partie de carrière.

Il est toutefois important de souligner qu’il ne s’agit pas d’une exonération totale d’impôt, mais d’un report d’impôt. Les sommes investies ainsi que les éventuelles plus-values ​​feront l’objet d’une IR au moment du retrait, que ce soit sous forme de rente viagère ou de capital.

Autre produit d’épargne, le PEE (Plan d’Épargne Entreprise), offre un avantage fiscal indéniable aux salariés. En effet, les sommes résultant de la participation et de l’intéressement investies dans ce véhicule et bloquées pendant cinq ans sont exonérées d’impôt sur le revenu à hauteur de 34 776 € par an.

Préparez votre retraite avec le PER !

Se souvenir
  • En fonction de l’âge et des objectifs financiers, chaque enveloppe fiscale peut être exploitée de manière stratégique.
  • En début de carrière, le PEE peut constituer un apport personnel pour l’acquisition d’un logement.
  • Le PEA peut alors être envisagé pour les investissements en bourse, tandis que l’assurance-vie devient pertinente pour la préparation de la succession dès 50 ans et la création d’un patrimoine conséquent.
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la numérisation vous aide à comprendre les normes d’efficacité énergétique
NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs