Lors d’une location, une agence immobilière a-t-elle le droit de réclamer trois fois le montant du loyer ? – .

Lors d’une location, une agence immobilière a-t-elle le droit de réclamer trois fois le montant du loyer ? – .
Lors d’une location, une agence immobilière a-t-elle le droit de réclamer trois fois le montant du loyer ? – .

Vous recherchez un appartement en location depuis plusieurs mois et vous ne parvenez pas à trouver un logement avec des conditions de location décentes ? C’est normal. Le marché locatif est très tendu en France depuis l’année dernière… En 2023, selon les chiffres de LocService, site immobilier spécialisé dans la location, il faudrait débourser en moyenne 718 € par mois charges comprises pour pouvoir obtenir le précieux sésame. Et cette obligation, imposée par les agences immobilières, revient sans cesse à l’esprit comme en musique : « Vous devez prouver que vous gagnez près de trois fois le montant de votre loyer pour que votre demande soit acceptée. »

Les agences immobilières ont-elles le droit d’imposer cela ? Si vous refusez, ne peuvent-ils pas rendre votre demande éligible ? Quelles sont les solutions ? Ouest de la France vous répond.

Aucune loi ne le régit

Attention, la loi ne prévoit aucun revenu minimum pour louer un logement. Mais en pratique, cela dépendra surtout de la bonne volonté du propriétaire. Comme il n’y a pas de règle, il sera donc légal de vous demander ces loyers à l’avance. Privilégier une personne dont les revenus correspondent à trois, parfois quatre fois le loyer permet en effet à un propriétaire de se prémunir des dettes impayées. Mais il s’avère très compliqué pour beaucoup de personnes de justifier un tel salaire.

C’est pourquoi il est toujours préférable d’avoir un garant. Il lui appartiendra de payer en cas de non-paiement ou de dégradation du bien. Différents documents peuvent être demandés comme une pièce d’identité, un justificatif de domicile, un justificatif de revenus ou encore un justificatif de statut professionnel. Cependant, faites attention à qui vous donnez toutes ces informations. S’il s’agit d’une agence reconnue, il ne devrait pas y avoir trop de problèmes. Si en revanche il s’agit d’un particulier, soyez prudent.

Attention, il n’est pas obligatoire de fournir des fiches de salaire pour justifier de vos revenus. Car tout le monde n’en possède pas forcément un, comme les retraités par exemple. Cependant, certains disposent encore de sources de revenus. Dans ce cas, vous pouvez donc envoyer un justificatif de pension de retraite, une déclaration fiscale, un justificatif de rente immobilière ou encore un titre de propriété non garanti.

Veuillez noter qu’aucun montant ne pourra vous être réclamé avant la signature du bail. C’est illégal. Cela ne peut pas être un critère pour départager vous et un autre candidat à la location.

Lire aussi : Immobilier : le nombre d’annonces de location a baissé de près de 60% en 5 ans, selon la Fnaim

Que faire si je n’ai pas de garant ?

Il existe des solutions. Vous pouvez faire appel à un garant institutionnel (ou moral). Il ne s’agira donc pas d’une personne physique, mais d’une entreprise, d’un organisme spécialisé, de votre banque ou d’une association.

Il existe également le programme Action Nationale pour le Logement : la garantie Visale. Toutefois, il s’adresse uniquement aux jeunes de moins de 30 ans et disposant d’un salaire mensuel inférieur à 1 500 €. « Si le locataire ne s’acquitte pas du loyer ou des charges en cours de bail, ou des réparations locatives en fin de bail, Action Logement paie les sommes dues au propriétaire (bailleur). Action Logement est alors remboursée par le locataire », explique la Fonction publique.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV quels impacts pour le marché immobilier ? – .
NEXT Shreds.AI, la start-up française qui promet de révolutionner le métier de développeur