Comment le Maroc a-t-il raté le passage aux chaussures synthétiques ? – .

Comment le Maroc a-t-il raté le passage aux chaussures synthétiques ? – .
Comment le Maroc a-t-il raté le passage aux chaussures synthétiques ? – .

Depuis des décennies, le Maroc s’appuie sur le cuir, matière noble et traditionnelle, pour sa production de chaussures. Cependant, avec la tendance mondiale à se tourner vers les produits synthétiques, le pays a perdu un avantage concurrentiel majeur. Une prise de conscience récente est apparue qui vise à inverser cette situation. Détails.

Le secteur de la chaussure est depuis longtemps un pilier de l’économie marocaine, employant des milliers de personnes et contribuant de manière significative aux exportations du pays. Cependant, cette industrie a stagné au fil des décennies, se concentrant principalement sur le cuir comme matière première. “A l’époque, le cuir était considéré comme de grande qualité et était très demandé sur le marché mondial”, explique Azeddine Jettou lors d’un débat lors d’un point de presse organisé à l’occasion du lancement de Flo Industry Maroc. Mais à mesure que les habitudes de consommation ont évolué et que la demande de chaussures synthétiques, notamment dans le sport, a augmenté, le Maroc s’est retrouvé mal préparé à faire face à ce changement.

“En négligeant la production de chaussures synthétiques, le Maroc a raté une opportunité unique de diversifier son industrie de la chaussure et de s’adapter aux nouvelles tendances du marché”, souligne l’expert qui estime que le pays compte près de 30 ans d’expérience. retard dans ce domaine.

Lire aussi | Comment le Sahara marocain est devenu la pierre dans la chaussure de l’Algérie

Le pays a ainsi manqué des opportunités de croissance et de développement économique, mettant ainsi en danger un secteur au potentiel énorme. Alors que d’autres pays se sont tournés vers les matières synthétiques pour répondre à la demande croissante des consommateurs, le Maroc est resté à la traîne, perdant sa place sur le marché international de la chaussure.
Cette stratégie a fait perdre du terrain au pays dans un secteur où « la demande mondiale est en constante croissance, avec près de 95 % de la demande mondiale axée sur les chaussures de sport synthétiques », précise Jettou.

Force est de constater que le Maroc a perdu du temps à rester attaché au cuir, alors que le monde s’orientait vers le synthétique. Pour relancer son industrie de la chaussure et rester compétitif sur le marché mondial, le pays doit désormais investir dans la production de chaussures synthétiques, en utilisant des technologies de pointe et en suivant les tendances du marché.

Et c’est précisément ce qui se prépare en lançant Flo Industry Maroc. Un partenariat innovant entre des acteurs turcs de renom et la famille Jettou, qui a à cœur de propulser le Maroc et son savoir-faire sur la scène internationale. Ce partenariat vise à renforcer le savoir-faire marocain dans la production de chaussures synthétiques et à offrir des opportunités de croissance et de développement dans un secteur trop longtemps négligé.

Lire aussi | Le leader turc de la chaussure entre au capital de la société Shoeleven de la famille Jettou

En ce sens, des plans de formation ambitieux sont en cours pour redynamiser ce secteur et combler le fossé créé par des décennies d’orientation vers le cuir. “Il s’agit d’une opportunité unique pour relancer l’industrie de la chaussure synthétique au Maroc et lui permettre de rivaliser avec succès sur le marché mondial”, explique l’expert.

L’importance de ce secteur pour l’économie marocaine ne peut être sous-estimée. Non seulement il offre des opportunités d’emploi et de croissance économique, mais il contribue également à diversifier le tissu industriel du pays et à renforcer sa compétitivité sur la scène internationale. Le développement réussi de la production de chaussures synthétiques pourrait avoir un impact significatif sur l’ensemble de l’économie marocaine.

En investissant dans ce secteur prometteur et en s’appuyant sur l’expertise locale, le Maroc a l’opportunité de rattraper les années perdues et de devenir un acteur majeur dans la production de chaussures synthétiques. Ce changement d’orientation stratégique constitue un pas dans la bonne direction pour saisir les opportunités offertes par un marché en constante évolution et renforcer la position du Maroc sur l’industrie mondiale de la chaussure.

Lire aussi | Le fabricant de chaussures Plastigran change de mains

Il est donc temps pour le Maroc de tourner la page de décennies de focalisation excessive sur le cuir et d’exploiter pleinement le potentiel du secteur de la chaussure synthétique. « A travers des partenariats innovants, des efforts de formation ciblés et une vision à long terme, le Maroc peut se positionner comme un acteur incontournable dans ce domaine en pleine expansion, créant ainsi de nouvelles opportunités de croissance et de prospérité pour son économie et sa population ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs