Le « super-yacht » de luxe du Ritz-Carlton va bientôt prendre le large

Le « super-yacht » de luxe du Ritz-Carlton va bientôt prendre le large
Le « super-yacht » de luxe du Ritz-Carlton va bientôt prendre le large

Le paquebot de luxe Ilma, commandé par le groupe hôtelier Ritz-Carlton, effectue des essais en mer à Saint-Nazaire, en attendant d’accueillir ses premiers passagers dans quelques mois.

Un palais luxueux, sur l’eau. Plus de 240 mètres de long et près de 47 000 tonnes : le « super-yacht » Ilma, commandé aux Chantiers de l’Atlantique par le groupe hôtelier américain Ritz-Carlton, s’apprête à accueillir ses premiers passagers. Ce jeudi, le gigantesque navire de luxe a quitté le port de Saint-Nazaire, où il a été construit, pour effectuer des essais en mer, en attendant d’être livré à son sponsor dans le courant de l’été, comme le rapporte France Bleu.

Cinq restaurants, six bars, une cave à vin, deux piscines, un spa, un salon de coiffure… Plus qu’un super-yacht, c’est avant tout un petit paquebot, si l’on change de perspective. Avec ses 224 suites, toutes dotées d’une terrasse extérieure et dont certaines dépassent les 100 mètres carrés, le navire pourra accueillir à son bord jusqu’à 448 passagers, sans compter un peu plus de 370 membres d’équipage – un nombre finalement bien inférieur à une croisière classique. navire de même taille.

Pour le groupe Ritz-Carlton, il s’agit avant tout de répondre aux attentes d’une clientèle habituée aux prestations de luxe et souhaitant partir en croisière, un mode de voyage qui a retrouvé ses belles couleurs depuis que l’on a passé le tournant de la pandémie, supprimant l’image négative de surpopulation et d’agitation souvent associée aux paquebots. Et bénéficiez également de l’immense portefeuille de clients fidèles accumulé par ses hôtels partout dans le monde.

Jusqu’à 71 500 euros

Ce « super-yacht » effectuera ses premiers voyages à la fin de l’été, à partir de septembre, selon les réservations déjà ouvertes. Côté tarifs, il faudra compter entre 8 000 et 48 000 euros, avec la plus grande suite, pour une croisière de sept nuits autour de l’Italie en octobre prochain. Pour une croisière de dix nuits entre Barcelone et Lisbonne, il faudra débourser entre 12 000 et 71 500 euros. Outre le bassin méditerranéen, le navire naviguera également dans les Caraïbes en hiver.

Le groupe hôtelier, lui-même filiale de Marriott International, a annoncé en 2017 son entrée dans le monde des croisières, via la création d’une nouvelle société baptisée The Ritz-Carlton Yacht Collection, opérée le fonds d’investissement Oaktree. Douglas Prothero, expert en gestion de capital et maritime. Un premier navire baptisé « Elmira », construit en Espagne, est déjà opérationnel. Un peu plus petit avec 190 mètres de long et 149 suites, il appareille en 2022.

Les Chantiers de l’Atlantique livreront un troisième navire en 2025, « Luminara », de même taille que son prédécesseur « Ilma ». Une option a été proposée par le groupe pour deux autres navires supplémentaires. Car les premiers retours ont été encourageants : les traversées inaugurales sur l’Elmira ont été entièrement vendues, pour une moyenne d’âge de 53 ans, plus jeune que les autres compagnies, et 50 % des nouveaux croisiéristes, rapportait Bloomberg en septembre dernier.

Quatre Saisons et Orient Express

Les croisières aiguisent les appétits du luxe : autre représentant des grands hôtels, le groupe Four Seasons s’est également joint à la bataille. Reprenant le même modèle que le Ritz-Carlton, le groupe a commandé au constructeur italien Fincantieri un navire de 200 mètres de long, pouvant accueillir jusqu’à 190 passagers, pour une livraison prévue en 2025. Deux autres bateaux sont prévus. Pour voyager à bord, en mer Méditerranée et dans les Caraïbes, les tarifs débuteront à 18 000 euros.

Le groupe français Accor, de son côté, compte utiliser la mythique marque ferroviaire Orient-Express, rachetée à la SNCF, pour de grands navires de croisière de luxe. Un premier navire, l’Orient Express Silenseas, est attendu d’ici 2026.

Le voilier de luxe Orient-Express Silenseas du groupe Accor (projet) – Accor

Au-delà du luxe, les navires de croisière « grand public » mènent aussi une course au gigantisme, malgré les critiques adressées à ces structures colossales, souvent critiquées pour leur empreinte carbone ou leur contribution au tourisme de masse. Le paquebot XXL « Icon of the Seas » de Royal Caribbean a récemment repris le titre de plus grand navire de croisière au monde. En attendant plusieurs autres navires de mêmes dimensions actuellement en construction.

Jérémie Bruno Journaliste BFMTV

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV essayez de gagner 20 000 euros par mois pendant 30 ans
NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs