seulement 52 modérateurs en France pour contrôler les messages

seulement 52 modérateurs en France pour contrôler les messages
seulement 52 modérateurs en France pour contrôler les messages

l’essentiel
Depuis son rachat par Elon Musk, Twitter véhicule des propos plus problématiques entre complot, fake news et cyberharcèlement.

En rachetant le réseau social Twitter en 2002 pour la somme faramineuse de 44 milliards de dollars, l’excentrique PDG de Tesla et Space X avait promis d’en faire un espace de liberté d’expression absolue. Surtout, on a vu comment, à travers des décisions prises au hasard, Elon Musk a contribué à faire du réseau l’oiseau bleu, rebaptisé « X », l’un des principaux vecteurs de fake news et de cyberharcèlement, notamment en annulant l’interdiction qui frappait le comptes les plus problématiques.

Lire aussi :
CAS. Pouvons-nous encore endiguer la conspiration qui mine le débat public et la démocratie ?

L’une des décisions les plus controversées fut alors de modifier le système de certification, le fameux badge bleu. Avant l’ère Musk, c’était la garantie pour l’internaute d’avoir affaire au récit officiel d’une personnalité ou d’un journaliste. En proposant la tablette à tous ceux qui paient un abonnement, Musk a corrompu le système. Pire, les publications de ces abonnés payants bénéficient d’une plus grande visibilité que celles des comptes gratuits. Pain béni pour les théoriciens du complot de tous bords.

Enfin, ne comptez pas sur la modération du contenu. Le 5 novembre. Le réseau indique compter 2 294 modérateurs en anglais, 81 en allemand, 12 en arabe et 2 en italien.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs