un notaire vous explique comment éviter les pièges

un notaire vous explique comment éviter les pièges
un notaire vous explique comment éviter les pièges

Retrouvez les témoignages de Belges vivant en Espagne

1. Le type de financement

« La solution la plus courante consiste à obtenir un financement via un prêt en Belgique. Ce sera beaucoup plus simple que d’emprunter dans le pays étranger où vous achetez, car les banques exigent une garantie. Si vous possédez déjà un bien immobilier en Belgique, ce sera votre garantie. Si vous n’en avez pas, c’est plus compliqué.

2. Exonération fiscale

Risquez-vous d’être doublement imposé sur votre propriété ? Vérifiez s’il existe une convention anti-double imposition (CPDI) entre la Belgique et le pays dans lequel vous achetez : elle garantit que les biens et bénéfices à l’étranger ne sont imposés qu’une seule fois. La bonne nouvelle ? Il existe plus d’une vingtaine de pays : Espagne, France, Italie, Portugal, Allemagne, Pays-Bas…

Devenir propriétaire en Espagne : mode d’emploi

3. Droits de succession et droits rétroactifs

Il est important de savoir dans quoi vous vous engagez en tenant compte de l’avant achat (activités taxables) et de l’après (succession). « Si nous vivons en Belgique puis en France et que nous avons eu des activités imposables en France par exemple, cela peut nous tomber dessus ! Il y a des impôts rétroactifs, un transfert d’impôt qui vous suit.» Il en va de même pour la succession : préparez tout. « Les lois applicables en cas de décès varient d’un pays à l’autre. En Espagne, ce ne sont pas les enfants qui héritent comme chez nous, c’est le conjoint ! Il est également conseillé de se renseigner sur la « fiscalité au niveau des successions ».

4. Déclaration fiscale

Depuis l’année fiscale 2022, il est obligatoire de déclarer vos biens immobiliers étrangers au fisc belge ! Et en cas d’omission, les amendes peuvent être salées ! “La loi prévoit le calcul d’un cadastre, comme chez nous, pour les biens immobiliers à l’étranger, en appliquant une fiscalité forfaitaire spécifique aux résidences secondaires.” Ne paniquez pas cependant. En 2024, le taux de 5,3% sur la valeur marchande s’applique ; le revenu cadastral pour un bien valant par exemple 100 000 € s’élève donc à 337,02 €.

Et en dehors de l’Espagne ?

Aux côtés de l’Espagne, on retrouve la France, l’Italie, les Pays-Bas et le Portugal dans le top 5 des destinations préférées des Belges pour acheter un bien immobilier à l’étranger. À quoi d’autre devez-vous faire attention ?

1. En France

Le marché immobilier français présente des différences notables, notamment en matière de fiscalité. En Belgique, les impôts fonciers sont basés sur le revenu cadastral, alors qu’en France ils dépendent de la valeur locative cadastrale. Les frais de notaire et les frais d’agence sont généralement plus élevés en France. Enfin, sachez que les lois sur les locations en France sont plus strictes et protectrices pour les locataires que celles d’ici.

2. En Italie

Attention : en Italie, le processus d’achat est souvent complexe et nécessite de nombreuses formalités administratives ! Sachez également que les taxes varient selon les régions et que les coûts de transaction peuvent également être plus élevés en raison des droits de mutation. Les impôts fonciers sont également plus élevés qu’en Belgique. En revanche, dans certaines régions rurales, les prix de l’immobilier sont bien inférieurs à ce que l’on trouve chez nous.

3. Aux Pays-Bas

Aux Pays-Bas, le marché immobilier est souvent plus fluide et les délais de transaction plus courts qu’en Belgique. Cependant, les prix peuvent être plus élevés dans certaines régions. Les maisons et les appartements ont tendance à être moins spacieux qu’ici en raison de la densité de population plus élevée. Enfin, sachez que les conditions et taux d’intérêt des prêts hypothécaires ainsi que les exigences de revenus varient.

4. Au Portugal

Le Portugal offre des incitations fiscales attractives aux retraités étrangers, notamment le régime des résidents non habituels avec des exonérations fiscales sur les revenus étrangers pendant une période de 10 ans. Attention cependant aux incitations fiscales qui exonèrent les nouveaux propriétaires étrangers les premières années puis prennent fin brutalement. En revanche, les procédures d’achat sont simplifiées, les processus clairs et efficaces.

Alors, où allez-vous?

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Maxime parcourt les villages sans commerce du Calvados pour servir l’apéritif
NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs