les marchés des matières premières sont le baromètre de l’état du monde – CommodAfrica

les marchés des matières premières sont le baromètre de l’état du monde – CommodAfrica
les marchés des matières premières sont le baromètre de l’état du monde – CommodAfrica

Depuis trois ans, nous vivons une rupture profonde, marquée symboliquement par le Covid puis par la guerre en Ukraine et plus généralement par cette fragmentation du monde que l’on voit aujourd’hui avec des guerres, des barrières un peu partout et sur la planète un retour aux tables du grand jeu tel qu’il existait à la fin du XIXème siècle entre les grandes puissances impériales » souligne Philippe Chalmin, professeur à l’université Paris-Dauphine et co-directeur de CyclOpe avec Yves Jégorel, professeur au Cnam, lors de la conférence de presse du 38ème édition du rapport Cyclope 2024 sur les marchés des matières premières qui a pour sous-titre Attendre et espérer, dernier vers du Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas.

Un monde où la dimension géopolitique n’a jamais été aussi importante. Elle est au cœur, directement ou indirectement, de la plupart des marchés de matières premières et donc Source de fortes tensions sur ces marchés. ” Les marchés des matières premières sont le thermomètre, je dirais même le baromètre, de l’état du monde. » souligne Philippe Chalmin.

Cuivre et cacao au-dessus de 10 000 dollars la tonne

La géopolitique n’ayant peut-être jamais été aussi prédominante, les marchés sont extrêmement volatils. Plusieurs bulles ont éclaté en 2023. Celles du gaz naturel, du blé mais aussi du lithium et du fret. Au global, l’indice Cyclope est en baisse de 14% en 2023 et de 11% hors pétrole et métaux précieux. Peu de matières premières ont progressé. Parmi une quinzaine, le sucre blanc en Europe (+62%), déjà le cacao (+37%), le riz (+30%), la viande (+19 à +23%), le jus d’orange (+19%) ou encore l’Uranium (+ 17 %). Le gaz a retrouvé une certaine normalité, le pétrole baisse mais les prix restent à un bon niveau et le monde n’a jamais consommé autant de pétrole en 2023, les produits agricoles retrouvent une certaine abondance et El Niño s’estompe.

Dans les premiers mois de 2024, les deux « stars » sont sans doute le cacao et le cuivre, qui ont tous deux franchi la barre des 10 000 dollars la tonne. L’or brun a progressé face aux mauvaises conditions climatiques en Afrique de l’Ouest, avec une baisse des récoltes en Côte d’Ivoire et au Ghana, qui représentent à eux seuls 60 % du cacao mondial. Si le cacao a depuis subi une correction, le cuivre, métal stratégique du 21ème siècle indispensable pour mener la transition énergétique, pourrait poursuivre sa hausse jusqu’à 12 000 dollars la tonne en fin d’année et atteindre 15 000 dollars la tonne d’ici la fin de la décennie.

Si les co-directeurs de Cyclope ont rappelé la difficulté de faire des prévisions, surtout dans un tel contexte géopolitique mais aussi climatique et politique avec en ligne de mire l’élection américaine du 5 novembre, ils se sont pliés à l’exercice de prévoir une nouvelle baisse de l’indice Cyclope. de 6%.


Vues des publications : 157

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Spotify augmente son abonnement Premium à 11,12 euros par mois pour les Français
NEXT Ryanair va fermer sa base à l’aéroport de Mérignac, une quarantaine de compagnies aériennes annulées