La Russie envisage d’exporter des produits laitiers vers l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l’Asie

La Russie envisage d’exporter des produits laitiers vers l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l’Asie
La Russie envisage d’exporter des produits laitiers vers l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l’Asie

La Russie envisage d’accroître sa présence sur le marché mondial des produits laitiers en augmentant ses approvisionnements de 15 à 20 % par an, avec une forte poussée vers les pays arabes – en particulier l’Algérie – et l’Asie du Sud-Est, a déclaré à Reuters le chef du groupe de pression industriel Soyuzmoloko.

“Chaque année, l’industrie laitière russe peut afficher des taux de croissance des exportations d’environ 15 à 20 %, mais il n’est pas exclu que cette croissance soit exponentielle si les conditions sont favorables”, a déclaré Artem Belov.

« Si nous parlons d’une perspective à long terme de sept à dix ans, nous pouvons multiplier les approvisionnements.

Les exportations annuelles de produits laitiers russes représentent actuellement 400 millions de dollars, soit environ 1 % d’un marché mondial estimé à plus de 40 milliards de dollars. Le pays a officiellement cessé de publier des statistiques sur les exportations de produits laitiers cette année, mais les données de 2023 montrent que les exportations de lactosérum ont doublé cette année-là et que l’offre de lait en poudre a été multipliée par 4,7.

Jusqu’à présent, les principaux acheteurs ont été le Kazakhstan, la Biélorussie, l’Ouzbékistan, l’Azerbaïdjan et l’Arménie – des pays qui faisaient autrefois partie de l’Union soviétique et où les Russes apprécient beaucoup le lait, le fromage et le fromage blanc – ainsi que la Chine.

Les nouveaux marchés cibles se situent dans des pays que la Russie courtise fortement dans le cadre de la réorientation de ses échanges hors d’Europe.

“Nous occupons déjà une position assez confortable sur le marché de la CEI, la croissance principale sera donc liée aux livraisons à l’étranger, en particulier de produits laitiers”, a déclaré M. Belov.

La Russie n’exporte pas beaucoup de produits laitiers vers les pays occidentaux et les produits laitiers ne sont pas soumis aux sanctions imposées par ces pays.

Les premières livraisons de produits laitiers aux Émirats arabes unis, en Arabie Saoudite, à Oman, en Tunisie, en Égypte et aux Philippines ont commencé l’année dernière.

M. Belov a déclaré qu’il y avait eu une « percée » en Algérie, avec une première livraison de 500 tonnes de lait écrémé en poudre (LÉC) en provenance de la région de la Volga en décembre. La fromagerie de Briansk a ouvert un bureau de représentation en Algérie et plusieurs autres entreprises russes travaillent à ses approvisionnements.

« En 2024, l’Algérie pourrait devenir le premier acheteur et le premier exportateur de produits laitiers. Ce marché est immense et pratiquement sans fond. Si nous parvenons à y renforcer nos positions, nous pourrons créer des installations de production séparées et construire des fermes destinées à produire des biens exclusivement destinés au marché algérien », a déclaré M. Belov.

«Il s’agit d’un marché très vaste, plusieurs fois supérieur à la production nationale russe.

La Russie exporte actuellement 12 à 14 % du volume de lait écrémé en poudre et de lactosérum qu’elle produit. La production de lait industriel a augmenté de 4,9% pour atteindre 25,8 millions de tonnes en 2023.

M. Belov a souligné le volume record de consommation de lait et de produits laitiers en Russie au cours des 15 dernières années, suggérant que le taux d’augmentation de la production du pays de 3 à 4 % sera maintenu avec une croissance de la consommation prévue à 3 % en 2024.

« D’un point de vue stratégique, les exportations sont l’outil qui permettra d’équilibrer la situation du marché intérieur. (Reportage d’Olga Popova, édité par Mark Trevelyan et Frances Kerry)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV CP relatif à la vente d’Azerys
NEXT Les constructeurs automobiles européens craignent une réaction chinoise