la politique commerciale des banquiers pourrait changer

Les récents mouvements de l’épargne belge pourraient, si la tendance se poursuit, pousser les banques à réviser leur modèle de crédit hypothécaire, selon la BNB. Au menu ? Fini les formules à taux variable et les paiements d’intérêts fixes moins attractifs pour le client.


Article réservé aux abonnés




Chef adjoint du département économie

Par Amandine Cloot

Publié le 16/05/2024 à 17h57
Temps de lecture : 4 min

LLe secteur bancaire belge se porte bien, selon le 23e rapport sur la stabilité financière de la Banque nationale de Belgique (BNB). « Je sais, je sais, le sujet n’excite pas autant les foules qu’un concert de Taylor Swift. Mais si quelque chose ne va pas, c’est typiquement le genre de sujet où tout le monde nous demande ce qui s’est passé », explique en guise d’introduction Pierre Wunsch, gouverneur.

Solvant, plus rentable qu’avant (mais dans la moyenne de la zone euro à ce niveau), aussi moins liquide (c’est-à-dire la capacité de rembourser immédiatement les clients), le bilan total des banques du pays atteint 1 156 milliards d’euros. A titre de comparaison, cela pèse deux fois le PIB de la Belgique.



Cet article est réservé aux abonnés

Accédez aux informations nationales et internationales vérifiées et décryptées
1€/semaine pendant 4 semaines (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • Accès illimité à tous les articles éditoriaux, fichiers et rapports
  • Le journal en version numérique (PDF)
  • Confort de lecture avec publicité limitée
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 2,5 milliards de dirhams en jeu
NEXT Les puces HBM de Samsung échouent aux tests Nvidia en raison de problèmes de consommation de chaleur et d’énergie, selon des sources