Le groupe de restauration collective Elior poursuit son redressement et s’envole en Bourse

Le groupe de restauration collective Elior poursuit son redressement et s’envole en Bourse
Le groupe de restauration collective Elior poursuit son redressement et s’envole en Bourse

(BFM Bourse) – L’entreprise de restauration collective bondit à la Bourse de Paris après avoir publié des résultats meilleurs que prévu au premier semestre.

Elior a souffert ces dernières années. Le groupe de restauration collective a souffert de la pandémie mais aussi de l’inflation de l’alimentation, de l’énergie et des salaires, tandis que sa structure de revenus est moins propice à la répercussion des hausses de prix que celles de ses concurrents Sodexo et Compass. Elior est en effet plus exposé au secteur public, avec lequel il est par nature plus difficile de juguler l’inflation des coûts des contrats.

Des inquiétudes sur le bilan sont apparues, le marché craignant que l’entreprise ne respecte pas ses engagements en matière de taux d’endettement envers ses créanciers (« covenants »).

La situation s’est stabilisée l’année dernière, en avril, lorsque le groupe de recyclage et de services aux entreprises Derichebourg est devenu l’actionnaire de référence de l’entreprise (44,8% du capital). Ceci en échange de l’apport à Elior de sa division Derichebourg Multiservices (DMS), qui propose divers services aux entreprises (hygiène, sécurité, accueil, maintenance). Ces prestations offraient une complémentarité importante à celles d’Elior (bionettoyage, maintenance des infrastructures) ainsi qu’à son activité de restauration collective, qui est censée avoir renforcé sa compétitivité dans les appels d’offres.

Cette réorganisation du capital s’est également traduite par le rachat de la famille Derichebourg, Daniel Derichebourg prenant le poste de PDG d’Elior, le dirigeant devant constituer l’homme clé du redressement financier d’Elior.

La publication des résultats semestriels de l’entreprise ce jeudi montre que ce projet est sur la bonne trajectoire. TP ICAP Midcap évoque même « une excellente publication », avec une entreprise « qui a devancé son plan de redressement ».

>> Accédez à nos analyses graphiques exclusives et obtenez un aperçu du portefeuille de trading

Du cash dans le vert

Sur l’ensemble du premier semestre de l’exercice 2023-2024 de l’entreprise, soit d’octobre à mars, Elior a réalisé un chiffre d’affaires de 3,12 milliards d’euros, en hausse de 26% sur un an en données publiées. , et 5,9% à base comparable.

La croissance a été homogène entre la restauration collective (+6%) et les services multitechniques (+5,9%).

Dans la restauration collective, Elior a amélioré son taux de fidélisation de la clientèle, indicateur très important dans le secteur, pour le porter à 92,3% et 93,6% hors sorties volontaires de contrat, contre 91,3% un an plus tôt.

“Le vrai point notable de la publication est l’Ebita (le résultat opérationnel courant retraité de certains éléments)”, souligne TP ICAP Midcap. L’Ebita ajusté a plus que doublé au premier semestre à 100 millions d’euros contre 41 millions d’euros un an plus tôt. La marge correspondante s’établit à 3,2%, en hausse de 1,5 point sur un an. Selon Oddo BHF, le consensus attendait un Ebita ajusté de seulement 87 millions d’euros pour une marge de 2,8%.

Point crucial d’ailleurs : Elior a libéré de la trésorerie, avec un cash-flow libre de 169 millions d’euros contre un décaissement de 15 millions d’euros au premier semestre de son exercice précédent.

Le groupe réduit ainsi son endettement, avec une dette nette réduite de 137 millions d’euros sur le semestre, soit 4,1 fois l’excédent brut d’exploitation (Ebitda). Le groupe se retrouve ainsi largement dans les limites de son covenant, temporairement fixé à 5,25 au lieu du 4,5 habituel, pour fin mars.

Objectifs confirmés

« La rentabilité opérationnelle du groupe est revenue. Nous avons éteint les sources de pertes sur certains contrats stratégiques. (…) Nous continuons à réduire la dette du groupe. Notre chiffre d’affaires et notre croissance sont globalement en hausse et dans nos activités, comme notre Ebitda et notre taux de marge, autant de signes d’une reprise qui se poursuit sur une bonne dynamique, même s’il y a encore du chemin à parcourir”, a déclaré Daniel Derichebourg dans un communiqué de presse. libérer.

Elior a confirmé son objectif de croissance pour l’exercice 2023-2024, de 4% à 5% à base comparable, et a légèrement ajusté à la hausse, dans sa formulation, son objectif de rentabilité. Le groupe vise un taux d’Ebita “d’au moins 2,5%” contre “environ 2,5%” auparavant. La société compte également réduire son levier d’endettement à 4 d’ici le 30 septembre 2024.

“C’est un ensemble de résultats encourageants pour le premier semestre, qui montrent les progrès opérationnels significatifs d’Elior, qui devraient se poursuivre dans les mois à venir”, apprécie Oddo BHF, même s’il est “sous-performant” sur l’action.

A la Bourse de Paris, le titre Elior s’envolait, gagnant 26,2% vers 16h30 et entraînant dans son sillage Derichebourg qui gagnait dans le même temps 8%.

Julien Marion – ©2024 BFM Bourse

Suivez-vous cette action ?

Recevez toutes les informations sur ELIOR en temps réel :


 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV il découvre une facture de 27 500 euros, « Nous sommes impuissants »
NEXT TotalEnergies promet à ses actionnaires de « maintenir le cap »