Après leur flambée, les prix du cacao subissent un krach brutal

Après leur flambée, les prix du cacao subissent un krach brutal
Descriptive text here

(BFM Bourse) – Les deux contrats à terme sur matières premières agricoles ont fortement chuté lundi, les prévisions météorologiques pointant vers des pluies qui devraient soutenir la production dans plusieurs pays.

Après la déferlante, le crash. Les prix du cacao, qui se sont envolés ces derniers trimestres au point de dépasser les 12 000 dollars la tonne le mois dernier, ont plongé lundi. Le contrat de juillet à New York a chuté de 19,8% sur une journée à 7 130 dollars la tonne tandis que le contrat de mai à Londres a perdu 21,9%, selon les données d’investing.com.

Selon Bloomberg, la baisse du contrat new-yorkais est la plus forte enregistrée depuis que les données de marché sont établies, soit depuis plus de 60 ans.

La baisse des prix a été a priori déclenchée par les prévisions météorologiques. Citée par Barchat, la société d’analyse géospatiale Maxar Technologies explique que les averses en Côte d’Ivoire et au Ghana « devraient quelque peu améliorer les conditions de culture du cacao ».

Or, la Côte d’Ivoire représente environ 40 % de la production mondiale de cacao et le Ghana un peu moins de 20 %. Ces prévisions de précipitations concernent également l’Indonésie, troisième producteur mondial.

>> Accédez à nos analyses graphiques exclusives et obtenez un aperçu du portefeuille de trading

Facteurs techniques

Il est également important de comprendre que le marché du cacao s’est resserré, avec moins de liquidités et moins de mouvements. L’opérateur de marché ICE a augmenté à plusieurs reprises les exigences en matière de garanties – pour simplifier l’argent fourni en garantie d’une position longue – requises pour parier sur les contrats à terme sur le cacao.

Cette augmentation des liquidités nécessaires aux dépôts a pu décourager les investisseurs, qui ne souhaitent plus se positionner sur le cacao.

Avec un marché moins liquide, les mouvements à la baisse sont amplifiés. Cette faible activité sur le cacao signifie que « la moindre mise à jour des prévisions météorologiques en Afrique de l’Ouest ou les moindres signes de destruction de la demande entraîneront de fortes fluctuations des prix », a déclaré John Goodwin, analyste principal des matières premières, à Bloomberg first chez ArrowStream Inc.

Sur un an, les prix du cacao restent cependant en hausse de plus de 120 % pour le contrat américain. Depuis plus d’un an, les prix des matières premières chocolatées sont pénalisés par de nombreux facteurs du côté de l’offre.

« Les conditions météorologiques défavorables, le vieillissement des arbres et les maladies des cultures au Ghana et en Côte d’Ivoire ont fait plus que doubler les prix du cacao au cours de l’année écoulée. La production devrait être inférieure à la consommation pour la troisième saison consécutive, ce qui suggère un déclin à long terme de la production de cacao dans la région », a expliqué Saxo Bank le mois dernier.

“Pour compliquer les choses, un virus largement répandu menace la santé des cacaoyers, notamment au Ghana, où la maladie du virus des pousses gonflées du cacao (CSSVD), véhiculée par les cochenilles, a provoqué des pertes de récolte allant de 15 à 50%”, ajoute l’intermédiaire financier. .

« De plus, les coûts croissants des pesticides et des engrais ont imposé des contraintes financières aux agriculteurs, qui ont eu du mal à obtenir ces éléments essentiels à l’entretien des cultures. Les ravageurs qui ont attaqué les plants de cacao, réduisant encore davantage les rendements, ne font que compliquer les choses », expliquait aussi Saxo Banque, un peu plus tôt, en février.

Julien Marion – ©2024 BFM Bourse

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Des normes climatiques internationales, sans les États-Unis ? – .
NEXT J. Safra Sarasin lance une nouvelle activité de conseil