Matières premières : un potentiel supercycle ?

Matières premières : un potentiel supercycle ?
Matières premières : un potentiel supercycle ?

En 2024, les matières premières connaîtront une hausse spectaculaire des prix. Nouvelle ère ou simple mirage ?

Une belle introduction

L’année 2024 s’annonce bonne pour les marchés financiers, avec l’indice MSCI Monde en hausse de près de 4% sur les quatre premiers mois. Cependant, les matières premières, en hausse, volent la vedette aux valeurs traditionnelles. En effet, des statistiques récentes montrent des hausses spectaculaires des prix des matières premières agricoles et industrielles. Le cacao et le café ont vu leurs prix exploser, respectivement de 190 % et 36 % depuis le début de l’année. Les métaux industriels comme le cuivre, le nickel et l’aluminium ne sont pas en reste avec des hausses notables, soutenues par une forte demande aux États-Unis et des signes de reprise en Chine. Cette explosion des prix pose des défis importants, l’inflation ayant tendance à remonter après une période de calme.

L’impact significatif des facteurs géopolitiques

Au-delà des forces du marché, les tensions géopolitiques actuelles et la discipline de production de l’OPEP+ ajoutent une couche de complexité. En effet, ces éléments contribuent à maintenir les prix du pétrole à un niveau relativement élevé, renforçant ainsi l’inflation globale, ce qui réduit les chances de voir une politique monétaire conciliante dans un avenir proche. Les prix des matières premières agricoles pourraient bientôt se stabiliser grâce au phénomène du « cycle du porc », où une éventuelle surproduction fait baisser les prix. En revanche, les métaux industriels devraient continuer de bénéficier d’une forte demande due à la transition énergétique mondiale. Les investissements nécessaires à cette transformation pourraient soutenir les prix de ces matières premières à moyen terme. En effet, face à une inflation tenace et à des taux d’intérêt qui peinent à baisser, les investisseurs se tournent vers les valeurs sûres. L’or, par exemple, a atteint des sommets sans précédent, augmentant sa valeur de 25 %. L’argent suit également cette tendance à la hausse.

Un avenir incertain mais prometteur

En conclusion, si les fluctuations à court terme des matières premières agricoles pourraient offrir des opportunités de gains rapides, les valeurs réelles telles que l’or, les fonds immobiliers suisses, mais aussi les actions d’entreprises ayant un fort pouvoir de fixation des prix représentent une option d’investissement stratégiquement plus durable. Les investisseurs avisés garderont un œil sur ces évolutions tout en ajustant prudemment leurs portefeuilles pour optimiser la protection contre l’inflation et maximiser les rendements des investissements à long terme.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV WSL : un nouvel outil pour mieux cartographier les espèces végétales
NEXT Si vous roulez dans ces C3 ou DS3, rentrez chez vous à vélo ! – .