l’État s’empare de la résidence gatinoise d’un des pires cyberhackers

l’État s’empare de la résidence gatinoise d’un des pires cyberhackers
l’État s’empare de la résidence gatinoise d’un des pires cyberhackers

L’un des pires cyberhackers au monde n’en a pas fini avec la justice même après avoir été condamné à 20 ans de prison aux États-Unis. Pour ses impôts impayés, le fisc a récemment saisi sa maison à Gatineau, d’où il a extorqué plus de 30 millions de dollars en rançons auprès de nombreuses entreprises.

• Lire aussi : 20 ans de prison aux États-Unis pour un hacker québécois

• Lire aussi : Un pirate informatique canadien extradé vers les États-Unis pour son rôle dans des attaques lucratives de ransomware

• Lire aussi : Le pirate de Gatineau aurait mené 91 attaques

Sébastien Vachon-Desjardins n’a visiblement pas réussi à se débarrasser de sa résidence, qu’il a utilisée pendant des années pour mener ses cyberattaques. Il y a à peine un mois, il a vendu à rabais la maison, située dans un quartier familial de Gatineau, à ses parents. Sa petite amie y habite toujours.

Mais cela n’a pas empêché Revenu Québec d’exiger la saisie provisoire des biens, d’une valeur de plus de 500 000 $ selon le rôle foncier, la semaine dernière. Le fisc souhaite annuler la vente, et estime que l’homme de 36 ans a usé de subterfuge en cédant son immeuble à ses parents afin de le mettre à l’abri des créanciers. Le cyberhacker déchu doit plus de 9 millions de dollars d’impôts impayés, apprend-on dans la motion.

Sébastien Vachon-Desjardins croupit actuellement dans une prison de Floride. En le condamnant à 20 ans de prison, un juge américain l’a comparé au célèbre voleur Jesse James, qui a sévi aux États-Unis au cours du 19e siècle.

“Vous avez l’un des pires cas que j’ai jamais vu”, avait également déclaré le magistrat William Jung en octobre 2022.

Le Québécois a récemment déposé une demande devant les tribunaux américains pour obtenir une réduction de peine.

Le hacker gatinois Sébastien Vachon-Desjardins

Courtoisie

Le plus prolifique

Il a été arrêté à son domicile en janvier 2021. À l’aide d’un ransomware malveillant russe, il a mené des cyberattaques pour extorquer des entreprises et des organisations.

« Si une victime ne payait pas la rançon, les pirates refusaient de décrypter les données et publiaient en ligne les données sensibles volées », notamment sur le web clandestin, indiquent des documents judiciaires.

Sébastien Vachon-Desjardins était l’un des cyberhackers les plus prolifiques de son réseau criminel aujourd’hui démantelé. Rien qu’aux États-Unis, elle est liée à des dizaines d’attaques qui ont rapporté l’équivalent d’environ 21,5 millions de dollars américains en bitcoins, soit plus de 29 millions de dollars canadiens.

Elle a également fait 17 victimes au Canada, dont le Cégep Saint-Félicien et la Ville de Montmagny. Les pertes s’élèvent également à plusieurs millions de dollars.

« Les données saisies auprès de l’accusé [lors de son arrestation]s’ils étaient imprimés, ils rempliraient une patinoire entière de hockey », a imaginé un juge ontarien en le condamnant à sept ans de détention.

Une peine qu’il purge en conjonction avec celle reçue aux États-Unis, où il a été extradé. Il a également dû rembourser environ 2,7 millions de dollars aux entreprises canadiennes qu’il avait extorquées.

Il avoue tout

Lorsqu’il a été arrêté après une enquête du FBI, Vachon-Desjardins a rapidement collaboré avec les autorités policières en avouant, évitant ainsi plusieurs années d’enquête laborieuse.

Ses premiers pas dans le monde du crime remontent à 2015. À l’époque, sa résidence de Gatineau avait également servi de cachette à de grandes quantités de drogue. Au Québec, il a été condamné à deux reprises à des peines fédérales pour trafic de drogue.

Avant ses démêlés avec la justice, le technicien en informatique travaillait pour le gouvernement du Canada et l’Université d’Ottawa.

– Avec la collaboration de Philippe Langlois

Avez-vous des informations à nous partager sur cette histoire ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Nous avons mangé dans le meilleur restaurant du monde à Lima : Central – .
NEXT Les mineurs de lithium du Zimbabwe présentent des plans de raffinage sous la pression du gouvernement