Macron se dit « pas du tout » satisfait de l’idée d’une cotation principale de TotalEnergies à New York

Macron se dit « pas du tout » satisfait de l’idée d’une cotation principale de TotalEnergies à New York
Descriptive text here
« Lorsque nous réglementons, nous devons être sûrs de ne pas sur-réguler »a expliqué le chef de l’Etat lors de l’entretien.
Thibault Camus / REUTERS

«Je serais très surpris. J’attends une confirmation, j’ai compris que c’étaient des rumeurs”, a déclaré le chef de l’Etat dans un entretien à Bloomberg.

C’est non. Interviewé par Bloomberg ce lundi, en marge du sommet « Choisissez la France », à Versailles, le président de la République s’est à son tour opposé à l’idée d’une cotation principale de TotalEnergies à New York. Interrogé pour savoir si cette perspective lui conviendrait, le chef de l’Etat a répondu sans ambiguïté : “Certainement pas. Je serais très surpris. J’attends confirmation, j’ai compris que c’étaient des rumeurs”a relevé Emmanuel Macron, dans un entretien à Bloomberg.

Le locataire de l’Élysée revient alors sur la compétition internationale entre l’Union européenne, l’Asie et l’Amérique. « Lorsque nous réglementons, nous devons être sûrs de ne pas sur-réguler »a développé le chef de l’Etat, estimant que “nous avons besoin de beaucoup plus d’investissements” en Europe. « L’Union européenne est l’endroit le plus ouvert au monde, mais nous ne pouvons pas survivre quand il y a, en même temps, des subventions et des capacités de production excédentaires en Chine, des protections dans certaines parties du marché et l’IRA. […], aux Etats-Unis. Ça ne marche pas”a jugé Emmanuel Macron. « Nous voulons protéger notre économie »il a alors insisté, l’appelant “besoin” le durcissement des positions européennes vis-à-vis de ses concurrents.

Quelques jours plus tôt, début mai, le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, avait déjà exprimé son opposition à cette démarche formulée par le patron du géant français. “Je suis là pour m’assurer que cela n’arrive pas.”a dit sans détour le membre du gouvernement, regrettant “une décision qui est grave”. “Il est important de garder Total, de garder le siège social de Total en France et que la cotation principale de Total reste en France”a déclaré le patron de Bercy. « Est-ce l’intérêt suprême de la nation de conserver le siège social de Total en France et la principale cotation de Total en France ? Oui. Et donc, je me battrai pour cela, car c’est l’intérêt supérieur des Français. »

Fin avril, le directeur de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, avait indiqué qu’il étudiait la possibilité d’une cotation principale de son groupe aux Etats-Unis. « Nous sommes confrontés à une situation dans laquelle les actionnaires européens sont vendeurs ou stables, tandis que les actionnaires américains sont acheteurs. Alors, qu’est-ce qui serait le plus pratique pour les actionnaires américains ? Préfèrent-ils les actions dont la cotation principale se situe à New York ou en Europe ? Je crois que lorsque vous posez la question, vous avez la réponse », a expliqué l’homme d’affaires. Déclenchant aussitôt une levée de boucliers de la part de l’État, qui appelle l’entreprise à « Choisissez la France » à son tour.

« data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” >

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV ordinateurs interdits dans certains cafés le week-end à Lyon
NEXT Une nouvelle trajectoire de développement pour le Maroc