Le retournement spectaculaire des actions chinoises, risque ou opportunité ? – .

Le retournement spectaculaire des actions chinoises, risque ou opportunité ? – .
Le retournement spectaculaire des actions chinoises, risque ou opportunité ? – .

Nous privilégions une voie intermédiaire qui consiste en une exposition aux actions des pays émergents d’Asie, dont la Chine.

Après trois années catastrophiques pour les valeurs chinoises, le marché reprend des couleurs en ce début d’année 2024. La performance dépend cependant de l’indice utilisé : onshore vs. onshore. offshore, large caps vs small caps etc… Du point de vue de l’investisseur international, le MSCI China reste la référence. Entre fin 2020 et fin 2023, cet indice a chuté de 45 %, en raison du ralentissement du marché immobilier chinois et des risques que cela fait peser sur la croissance et les bilans des banques. En outre, les guerres commerciales et la mauvaise gestion de la pandémie ont été le signe de ventes aveugles pour les investisseurs internationaux en raison du manque de visibilité. Quant aux indices onshore, ils ont été moins perturbés, notamment les petites capitalisations, les CSI 300 et CSI 500 ayant chuté respectivement de 30% et 10% au cours de la même période.

Mais du coup, depuis fin janvier, les indices « offshore » chinois sont repartis à la hausse, le MSCI China affichant une performance fulgurante de +23%, contre 7% pour le MSCI World. Cela appelle une révision stratégique pour les investisseurs mondiaux qui ont abandonné la Chine.

La Chine ne se lancera pas à moyen terme dans la conquête du territoire taïwanais. Le prix à payer pour l’isolement économique serait trop élevé.

Sur le plan fondamental, rien n’a vraiment changé. L’activité économique est relativement moribonde, bien qu’en amélioration selon les indices PMI, et la consommation des ménages freine la croissance. La demande extérieure est le moteur de l’activité, mais elle est vulnérable au risque de sanctions commerciales, notamment en année électorale aux États-Unis. L’Europe n’est pas en reste puisque les exportations chinoises de véhicules électriques font l’objet d’une enquête de la Commission européenne pour pratiques commerciales déloyales, tandis que la Chine enquête sur les importations de spiritueux européens. La visibilité est donc toujours faible et peut disparaître rapidement.

Comment se positionner face à ce rebond du marché chinois ? D’une part, les actions chinoises offshore restent valorisées de manière attractive et le potentiel de génération de valeur associé à cette décote est substantiel. Mais évidemment, cette décote de valorisation n’est pas gratuite. Elle reflète les incertitudes sur la gouvernance, le modèle de croissance, les tensions commerciales, les tensions géopolitiques, etc. Le marché devrait rester sensible aux sondages sur les élections américaines, Donald Trump ayant annoncé une augmentation agressive des tarifs douaniers contre la Chine s’il était élu. La bourse chinoise devrait donc rester volatile et vulnérable à ces chocs exogènes.

En revanche, il nous semble que cette Source de risque est gérable, à condition qu’elle soit bien diversifiée. La Chine ne se lancera pas à moyen terme dans la conquête du territoire taïwanais. Le prix à payer pour l’isolement économique serait trop élevé puisque la croissance chinoise repose sur les exportations. Un effondrement de la croissance pourrait à son tour remettre en question la pérennité du régime politique et du Parti communiste. Pour vous positionner sur les opportunités tout en gérant le risque financier, nous continuons de recommander une exposition aux actions asiatiques émergentes, ce qui implique une exposition à la Chine diluée avec d’autres marchés de la région tels que la Corée du Sud, Taiwan et l’Inde. La Corée du Sud et Taïwan ont un biais Tech marqué, ce qui revient en quelque sorte à se positionner sur Samsung et TSMC, alternatives ou compléments de portefeuille à Apple et Nvidia aux Etats-Unis avec une décote de valorisation.

L’Inde est un marché difficile d’accès mais dont la croissance économique restera très forte dans les années à venir, alors que le niveau de vie converge vers celui des pays plus industrialisés. La réélection de Narendra Modi devrait encore renforcer la confiance dans le potentiel de réformes et de croissance. La région est donc un réservoir de croissance, avec parfois une décote de valorisation comme en Chine, qui monte en gamme dans de nombreux secteurs, comme la technologie ou la transition énergétique.

Du point de vue de l’investisseur, il n’y a pas de performance sans risque et la question est de savoir si le risque chinois est acceptable. Il nous semble que oui, mais dans des proportions modérées, qui reflètent les nombreux aléas potentiels liés à la rivalité de la Chine avec l’Occident. Cette exposition doit donc faire l’objet d’une attention particulière et d’une gestion dynamique des risques afin de pouvoir ajuster rapidement la sensibilité en cas de vent contraire. Une approche régionale apporte un gain significatif en termes de diversification.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV à quel prix ? – .
NEXT Chariot commence à forer le puits Dartois au Maroc