les dirigeants universitaires se remplissent les poches

les dirigeants universitaires se remplissent les poches
les dirigeants universitaires se remplissent les poches

Plusieurs recteurs d’universités au Québec gagnent plus que les premiers ministres François Legault et Justin Trudeau.

• Lire aussi : Découvrez qui sont les 689 fonctionnaires québécois qui gagnent plus de 200 000 $ par année

• Lire aussi : Salaires des fonctionnaires : les experts estiment que le Québec devrait imiter la « Sunshine List » de l’Ontario

« Comment se fait-il qu’un recteur qui gère une université de 45 000 étudiants gagne plus que le premier ministre qui gère un pays de 40 millions d’habitants ? Ce n’est pas exact», déplore la politologue et professeure à l’Université d’Ottawa Geneviève Tellier.

Notre compilation montre par exemple que le recteur de l’Université de Montréal, Daniel Jutras, a empoché 455 635 $ en 2023. C’est 185 000 $ de plus que le premier ministre du Québec, François Legault et 49 000 $ de plus que le premier ministre canadien.

Et pourtant, il gagne moins que ses collègues des universités anglophones. À McGill, l’ancien doyen de la Faculté de médecine David H. Eidelman a empoché 533 624 $ en 2022, soit 40 000 $ de plus que la rectrice de l’époque, Suzanne Fortier. L’Université n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue.

Les meilleurs salaires dans l’éducation

Salaire annuel reçu en $ canadiens en 2023 (sauf indication*)

*données pour 2022

Deux mondes

Nos données démontrent que les dirigeants du réseau universitaire québécois ont un salaire inférieur à celui des dirigeants des autres universités.

Selon Audrey Laurin-Lamothe, experte en questions de rémunération et professeure agrégée à l’Université York :

« On remarque des tendances très différentes entre les universités à charte, donc McGill, l’Université de Montréal, Concordia, etc., par rapport au réseau « UQ », une tendance à accorder des salaires plus élevés. »

Le recteur de l’Université du Québec à Montréal, Stéphane Pallage, a empoché l’an dernier un salaire de 253 942 $, soit près de la moitié de celui du recteur de l’Université de Montréal.

Le recteur de l’Université du Québec à Rimouski, François Deschênes, et celui de l’Université du Québec à Trois-Rivières, Christian Blanchette, ont tous deux empoché 232 001 $.

  • Écoutez la discussion d’Alexandre Dubé avec la journaliste Annabelle Blais via QUB :

D’après M.moi Selon Laurin-Lamothe, les primes et primes de départ des dirigeants des universités à charte sont inspirées du secteur privé, et donc plus élevées.

« Il y a aussi la notoriété, la réputation et le rayonnement de l’université. Il existe un certain nombre de facteurs qui peuvent être liés [à ces disparités]», ajoute le directeur de l’Institut sur la gouvernance des organisations privées et publiques (IGOPP), François Dauphin.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le président chinois Xi appelle à plus d’emplois pour les jeunes et les travailleurs migrants
NEXT la justice la condamne à restituer l’argent